Under development - Check back soon.
X
bandeau

Depuis 1993, les chercheurs du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) se joignent afin d’étudier les changements sociaux et culturels au Québec.

Pour en savoir plus

Livres et brochures

Photo de l'individu ou de l'événement
Récits de voyage et de migration comme modes de connaissance ethnographique: Canada, États-Unis et Europe (XIXe-XXe siècles)
Gérard Fabre, Yves Frenette et Mélanie Lanouette (dir.)
Québec, Centre interuniversitaire d'études québécoises (coll. «Atlas historique du Québec - La francophonie nord-américaine»), 2018
Lire l'introduction 
Photo de l'individu ou de l'événement
L'Homme de l'ombre, Québec 1770
Laurent Turcot
Roman policier, Montréal, Éditions Hurtubise, 2018
Personnage principal du roman, Pierre Dubois est un Français arrivé à Québec depuis peu, qui découvre un corps inanimé et mutilé dans la côte de la Montagne. Suspecté de meurtre, il décide de mener une enquête pour découvrir l’auteur du crime. Au cœur du régime britannique, Dubois évolue dans un monde où l’armée est omniprésente. Son ami, Peter O’Sullivan, un Irlandais de la Royal Artillery, va l’aider dans ses recherches, tout comme Madelon, une prostituée qui n’attend plus rien de la vie et qui trouve en Dubois une oreille attentive. Tout au long de sa quête, Dubois accumule les indices, comme les obstacles. S’agirait-il d’un complot ?
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Instruire, corriger, guérir ? Les orthopédagogues, l'adaptation scolaire et les difficultés d'apprentissage au Québec, 1950-2017
Julien Prud'homme
Québec, Presses de l'Université du Québec, 2018, 200 p.
Pour plus d'informations 
Photo de l'individu ou de l'événement
Experts, sciences et sociétés
François Claveau et Julien Prud'homme (dir.)
Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal (coll. «Libre Accès»), 2018, 284 p.
Ouvrage complet disponible en libre accès 
Photo de l'individu ou de l'événement
Montreal, City of Water : An Environmental History
Michèle Dagenais
Version anglaise de Montréal et l'eau, Montréal, University of British Columbia Press, 2017
 
Photo de l'individu ou de l'événement
Initiatives et adaptations algonquines au XIXe siècle
Leila Inksetter
Québec, Septentrion, 2017, 520 p.

Le XIXe siècle est une période de grands changements pour les Algonquins septentrionaux qui, en l'espace de quelques décennies, subissent l'arrivée de missionnaires catholiques, le développement de la foresterie, la colonisation eurocanadienne et l'intervention de l'État. Leila Inksetter analyse ces transformations et leurs conséquences souvent associées à une période trouble de l'histoire des Autochtones.

Faisant appel à une gamme étendue de sources, l'auteure montre comment les Algonquins ont utilisé et intégré des institutions qui leur étaient externes au départ (comme le catholicisme ou le mode de scrutin) pour répondre à des préoccupations qui leur étaient propres. Le résultat décrit une réalité complexe et étonnante.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Aperçu
1,0 octets
  
Le Québec par ses enfants. Une sociologie historique (1850-1950)
André Turmel
Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 2017, 332 p.
De 1850 à 1950, le Québec transite d’une société rurale vers une société en voie d’industrialisation qui s’installe peu à peu dans la modernité urbaine. Dans cet important ouvrage, l’auteur observe ce passage et propose aux lecteurs de mieux comprendre l’histoire du Québec à partir du traitement que l’on a fait aux enfants. Il éclaire de manière tout à fait originale les questions difficiles à affronter, comme celle des orphelins de Duplessis, de l’adoption des filles, de notre rapport très ambigu avec l’éducation. Cet ouvrage s’inscrit dans une perspective précise, réintroduisant le passé dans le présent; il porte au jour ces idées de jadis qui aiguillent encore nos façons d’agir. Cela place l’enfance québécoise dans une position en apparence contradictoire: un pied dans la modernité, l’autre dans certaines pesanteurs de la société agraire qui subsistent malgré tout. Au moment où l’homme a tendance à être de plus en plus présenté, ou rêvé, comme un être isolé, autonome, responsable, guidé par sa raison, opposé à la collectivité contre laquelle il défendrait son «authenticité» ou sa «singularité», les sciences sociales ont plus que jamais le devoir de mettre au jour la fabrication des individus. L’auteur de ce livre s’attelle à cette tâche avec brio.

André Turmel est professeur associé au Département de sociologie de l’Université Laval et membre associé du Centre interuniversitaire d'études québécoises. Il poursuit depuis des années des recherches en sociologie de l’enfance.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Promenade dans le passé de Montréal
Laurent Turcot et Dinu Bumbaru
Plus de 275 photos tirées des archives de LA PRESSE, Montréal, Québec, Les Éditions La Presse, 2017, 320 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Sports et loisirs. Une histoire des origines à nos jours
Laurent Turcot
Finaliste pour le prix Ferguson de la Société historique du Canada pour les meilleurs ouvrages scientifiques en histoire non-canadienne, Paris, Éditions Gallimard (coll. «Folio Histoire»), 2016, 680 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Vivre et survivre à Montréal au 21e siècle
Stéphanie Neveu et Laurent Turcot
Préface de'Alexandre Taillefer, Septentrion (coll. «Hamac-carnets»), 2016, 196 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
La Posta In Gioco. Memoria del Concilio e futuro della Chiesa nella riflessione di teologi dei cinque continenti
M. Lamberigts, Gilles Routhier, P. Rubens et C. Theobald
Bologna, EDB, 2016, 152 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Nouveaux regards en histoire seigneuriale au Québec
Benoît Grenier et Michel Morissette (dir.) avec la collaboration d'Alain Laberge et Alex Tremblay Lamarche
Québec, Les éditions du Septentrion, Février 2016, 488 p.
http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/nouveaux-regards-en-histoire-seigneuriale-au-quebec 
La seigneurie est une institution de longue durée […]. Dans sa forme classique le long du Saint-Laurent, le régime seigneurial s'est institué au coeur d'une tradition ancestrale de vie collective, il s'est fait agent de la constitution d'un paysage rural mythique et il a servi de marqueur de différence ethnique. […] Les collaborateurs au présent ouvrage [ont], en quelque sorte, propulsé l'étude du régime seigneurial dans le XXIe siècle. Leur approche du régime seigneurial ne néglige pas la question fondamentale de la propriété et de l'autorité, mais elle bouleverse la chronologie convenue. Insistant sur la persistance du régime seigneurial bien au-delà de son abolition théorique en 1854, les auteurs en observent le lent déclin s'étirer jusqu'à l'ère de l'automobile, dans le Québec duplessiste.

Avec des textes de Jessica Barthe, Isabelle Bouchard, Jean-Michel Daoust, Jonathan Fortin, Joseph Gagné, David Gilles, Benoît Grenier, Alain Laberge, Katéri Lalancette, André LaRose, Michel Morissette, Jean-René Thuot et Alex Tremblay Lamarche.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Lanaudière; histoire en Bref
Pierre Lanthier et Jocelyn Morneau
Québec, Les Presses de l’Université Laval (coll. «Les régions du Québec»), 2016, 188 p.
Lanaudière ne doit pas son existence à sa géographie, trop diversifiée pour cela. Sa genèse en tant que région relève avant tout de l’action humaine. Elle accueille ses premiers habitants permanents au xviie siècle, des Européens. Et encore, ce fut difficile : il fallait défricher et se défendre contre les raids iroquois. À force de persévérance, deux pôles ont émergé, le premier gravitant autour de L’Assomption et le second autour de Berthier. Aux xviiie et xixe siècles, ces pôles développent largement leur arrière-pays, au point qu’à leur jonction émerge un village industriel qui allait bientôt s’affirmer et poser les premiers jalons de la région : Joliette. Malgré la saignée démographique dont elle a souffert pendant des décennies, Lanaudière poursuit son développement économique aussi bien que culturel. Si bien qu’à partir de la seconde moitié du xxe siècle elle connaît un essor soutenu, permettant à des villes comme Terrebonne et Repentigny de croître massivement et à l’ensemble de la région d’afficher une vitalité culturelle de dimension internationale.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Histoire de l’assurance de personnes au Québec : des sociétés de secours mutuels aux grandes institutions d'assurance
Martin Petitclerc, D. Saint-Pierre et Jacques Saint-Pierre
Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2015, 472 p.
L’assurance de personnes occupe une place importante dans l’économie québécoise. Cet ouvrage de synthèse témoigne de l’évolution de ce secteur depuis l’arrivée des compagnies britanniques au Canada et la formation des premières sociétés de secours mutuels au 19e siècle jusqu’aux compagnies actuelles devenues de véritables groupes financiers. Vouées d’abord à la " protection de la veuve et de l’orphelin ", les institutions offrent aujourd’hui différents produits de sécurité financière correspondant aux principales étapes de la vie. Elles sont devenues aussi des piliers de l’économie par l’épargne, recueillie sous forme de primes et réinvestie afin d’honorer les contrats des assurés, ainsi que par les emplois créés (agents, courtiers, conseillers financiers, etc.). En retraçant les grandes étapes de l’évolution de cette branche particulière de l’économie financière, ce livre vise à démystifier le monde méconnu de l’assurance de personnes. Il se veut également une reconnaissance de la contribution des principaux acteurs de cette industrie à l’histoire du Québec.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Charivari et justice populaire au Québec. La brutalité des moeurs au 19e siècle
René Hardy
Québec, Les éditions de Septentrion, avril 2015, 288 p.
Dans l'Europe médiévale où il a pris forme, le charivari visait surtout à réguler les unions matrimoniales. Il a évolué au fil des siècles pour devenir un rituel de dénonciation d'une variété d'infractions aux normes sociales: inceste, adultère, brutalité conjugale, malhonnêteté dans les affaires, mariage inégal (un vieillard avec une jeune), etc.
Longtemps présenté et perçu comme un divertissement populaire voué à sanctionner un comportement par le rire et la moquerie, le charivari prend un autre visage dans les archives judiciaires. Violent et destructeur, il vise généralement à punir et chasser de la communauté. Malgré tout, le rituel sert parfois à réinsérer la victime si elle accepte la sanction imposée.
René Hardy met d'abord en évidence les formes originales et les fonctions du charivari dans les cultures britannique et française. Puis, il retrace le long parcours de ce rituel de justice populaire au Québec, depuis sa migration en Nouvelle-France jusqu'à son déclin dans les dernières décennies du XIXe siècle et sa disparition de la mémoire collective au cours des années 1960.
Historien de la culture et de la société québécoises, René Hardy a publié plusieurs ouvrages dont Les zouaves. Contrôle social et mutation de la culture religieuse, Forêt et société en Mauricie et La sidérurgie dans le monde rural. Il a été honoré du titre de professeur émérite de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Retraité de l'enseignement, il est chercheur associé au Centre interuniversitaire d'études québécoises.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Mémoires et mobilisations
Michèle Landry, Martin Pâquet et Anne Gilbert (dir.)
Québec, Presses de l’Université Laval (coll. «Culture française»), 2015, 307 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Au coeur de la révolution : les leçons d'histoire d'un jeu vidéo
Jean-Clément Martin et Laurent Turcot
Paris, Éditions Vendémiaire, 2015, 144 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Un Québec invisible. Enquête ethnographique dans un village de la grande région de Québec
Frédéric Parent
Québec, Presses de l'Université Laval (PUL), avril 2015, 194 p.
L’ouvrage de Frédéric Parent permet de lever le voile sur un mystère: celui de la grande région de Québec, qui, majoritairement rurale, a tendance à voter «conservateur». Le Québec rural que découvre Frédéric Parent est une société qu’il qualifie de «tranquille», à la suite du politologue Pierre Drouilly, et qui après avoir traversé la période très agitée de la Révolution tranquille, a dû, depuis les années 1980, s’adapter, non sans résister, à tout un ensemble de changements liés aux politiques de régionalisation qui se traduisent, au plan local, par une plus grande intervention de l’État. Si  «conservatisme» il y a c’est principalement dans l’opposition qu’une partie de la population manifeste à une telle intervention de l’État.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Une histoire de la politesse au Québec. Normes et déviances du XVIIe au XXe siècle.
Laurent Turcot et Thierry Nootens
Québec, Septentrion, 2015, 344 p.
Du XVIIe au XXe siècle, la politesse sert à distinguer les classes sociales. La décence, l'élégance et la bonne conversation, ou, en revanche, leur absence et leur méconnaissance, permettent de classer les individus de manière hiérarchique. Paradoxalement, on soutient que le savoir-vivre doit aider à rapprocher les classes sociales en les polissant, d'où le terme politesse, afin de ne pas heurter les autres et de se conformer aux codes de la société. Visiblement, la politesse n'est pas qu'un simple échange, elle rend compte des fondements de la société, de ses valeurs intrinsèques et des possibilités d'avancement qu'elle offre.

Une histoire de la politesse au Québec traite notamment des injures, des titres honorifiques, de la danse, des loisirs, des rapports entre les sexes et des livres d'étiquette.

Avec des textes de Marise Bachand, Pascal Bastien, Annie Breton, Donald Fyson, René Hardy, Ollivier Hubert, Maude-Emmanuelle Lambert, Andréanne Lebrun, Denise Lemieux, Thierry Nootens, Peggy Roquigny, Jean-René Thuot et Laurent Turcot.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Enseigner les religions: regards et apports de l’histoire
Joël Molinario (dir.) et Brigitte Caulier (dir.) (dir.)
Montréal, Presses de l’Université Laval (coll. «Religions, cultures et sociétés»), 2015, 410 p.
https://www.pulaval.com/produit/enseigner-les-religions-regards-et-apports-de-l-histoire 
Au cœur des débats actuels sur la tolérance, le dialogue interreligieux et la place des religions dans l'éducation, cet ouvrage rassemble des contributions européennes et américaines autour d’une discipline souvent négligée par les décideurs: l’histoire.

Les auteurs évaluent l'apport de cette discipline dans la formation des intervenants et des enseignants, ainsi que dans l'élaboration des contenus d’enseignement. Ils analysent sa place dans la recherche fondamentale et l'enseignement universitaire. C’est l’occasion pour eux de poursuivre un dialogue interdisciplinaire sans compromis qui mobilise les sciences de l’éducation, les sciences sociales et religieuses et la théologie.

Enseigner les religions dresse également le panorama de la recherche historienne qui a emprunté plusieurs avenues pour aborder la formation religieuse des populations à convertir ou à maintenir dans la religion ainsi que les enjeux identitaires qui s’y rattachent. Le lecteur pourra se familiariser avec les expériences contemporaines de plusieurs pays qui intègrent l’enseignement des religions à l’école. 
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Patrician Families and the Making of Quebec : The Taschereaus and McCords
Brian Young
McGill-Queen's University Press, 2014, 472 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
975,8 Ko
657,8 Ko
 
Le mariage en Afrique. Pluralité des formes et des modèles matrimoniaux
Richard Marcoux et Philippe Antoine (dir.)
Montréal, Presses de l’Université du Québec (coll. «Société africaines en mutations»), 2014, 300 p.
Le mariage renvoyant simultanément à des conceptions d’ordre juridique, religieux et culturel, l’étude de la nuptialité s’avère éminemment délicate, mais aussi remarquablement révélatrice des mutations que connaissent les sociétés. En Afrique comme ailleurs, différentes formes d’union sont reconnues, de l’union dite libre, c’est-à- dire sans cérémonie, à des formes de mariage largement codifiées, que ce soit les mariages dits coutumiers, religieux ou civils.

Traitant de six pays d’Afrique subsaharienne (Burkina Faso, Kenya, Madagascar, Mali, Sénégal et Togo) et de trois pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), les études de cas et les textes rassemblés dans cet ouvrage apportent un nouveau regard sur les questions liées au mariage et permettent de mieux en appréhender certains aspects. Les auteurs – démographes, sociologues ou anthropologues – se sont attardés aux relations prénuptiales, aux modalités d’entrée en union, au choix du conjoint, aux mariages inter ethniques, aux rapports au sein du couple, à l’activité des femmes, au divorce, à la polygamie et au remariage.

Ensemble, ils dressent le portrait d’une Afrique plurielle, mettant en lumière des mutations dans les modèles matrimoniaux au sein des sociétés africaines, mutations qui révèlent une véritable révolution silencieuse, annonciatrice de profondes transformations des sociétés, et tout particulièrement des rapports hommes-femmes.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
La souveraineté dans l'impasse
Serge Cantin
Québec, Presses de l'Université Laval, 2014, 251 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Histoire de l'Hôpital Sainte-Anne de Baie-Saint-Paul. Dans Charlevoix, tout se berce.
Margaret Porter, pfm.
Texte édité, augmenté et analysé par Lucia Ferretti
Septentrion, 2014, 315 p.
http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/histoire-de-l-hopital-sainte-anne-de-baie-saint-paul 
L'Hôpital Sainte-Anne de Baie-Saint-Paul a longtemps laissé dans la mémoire collective une empreinte très nette : on savait, ou du moins on était certain de savoir, que c'est là qu'étaient envoyés les bébés infirmes, ceux qu'on appelait les « monstres ». On n'aurait rien pu dire d'autre de cet établissement, mais n'était-ce pas déjà bien assez ?

Margaret Porter a consacré les dernières années de sa vie à écrire l'histoire de ce qui fut la première oeuvre, et la principale, des ­Petites Franciscaines de Marie. Dans un style simple et imagé, elle fait entrer les lecteurs dans la vie que les soeurs et les ­hospitalisés ont partagée pendant des décennies. Elle montre aussi comment voir au-delà des apparences.

Pour Lucia Ferretti, ce livre s'impose comme une contribution unique à l'histoire des hôpitaux psychiatriques et notamment à l'histoire de la déficience intellectuelle, et comme une réflexion renversante sur la manière de faire humanité.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Power from the North: Territory, Identity, and the Culture of Hydroelectricity in Quebec
Caroline Desbiens
Vancouver, B.C., UBC Press, janvier 2014, 312 p.
http://www.ubcpress.ca/search/title_book.asp?BookID=299173852 
Finalist, 2015 Canada Prize in the Social Sciences, Federation for the Humanities and Social Sciences

In the 1970s, Hydro-Québec declared "We Are Hydro-Québécois." The publicity campaign slogan symbolized the extent to which hydroelectric development in the North had come to both reflect and fuel French Canada’s aspirations in the South. The slogan helped southerners relate to the province's northern territory and to accept the exploitation of its resources.

In Power from the North, Caroline Desbiens explores how this culture of hydroelectricity helped shape the material landscape during the first phase of the James Bay hydroelectric project. She analyzes the cultural forces that contributed to the transformation of the La Grande River into a hydroelectric complex. Policy makers and Quebecers did not, she argues, view those who built the dams as mere workers -- they saw them as pioneers in a previously uninhabited landscape now inscribed with the codes of culture and spectacle.

This dynamic book reveals that drawing power from the North involves not only the cultural erasure of Aboriginal homelands but also rewriting the region’s history in the language of identity and territoriality. To reverse this trend, Desbiens calls for a truly sustainable resource management, one in which all actors bring an awareness of their own cultural histories and visions of nature, North, and nation to the negotiating table.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
L’ordinaire parisien des Lumières
Laurent Turcot
Paris, Presses de l’Université Laval, réédition aux éditions Hermann (coll. «La République des Lettres»), 2013, 249 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Parce qu’ils y ont cru, on le voit! Le Séminaire de Québec célèbre ses 350 ans
Raymond Brodeur, Hermann Giguère et Gilles Routhier (dir.)
Québec, Presses de l'Université Laval, 2013, 274 p.
http://www.pulaval.com/produit/parce-qu-ils-y-ont-cru-on-le-voit-le-seminaire-de-quebec-celebre-ses-350-ans 
Fruit des fêtes du 350e anniversaire de la fondation du Séminaire de Québec, cet ouvrage reprend la plupart des communications offertes lors du colloque tenu à l’Université Laval, au mois de mai 2013, sur le thème " Parce qu’ils y ont cru, on le voit ". Cette rencontre se proposait de plonger au cœur de la vision originelle qui a animé cette institution depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui. Trois grandes thématiques structurent le présent ouvrage: 1) l’intuition de la fondation, sa nouveauté et sa place dans la colonie naissante, 2) le virage qui a remodelé l’institution à la suite de la Conquête de 1759 alors que les prêtres du Séminaire, déjà formateurs de séminaristes, devinrent enseignants et éducateurs au service de la société et 3) les apports toujours actuels du Séminaire pour l’Église et la société tant au niveau de la pastorale que de l’éducation et du patrimoine culturel.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Sociétés de migrations en débat. Québec-Canada-Suisse: approches comparées
Claude Hauser, Pauline Milani, Martin Pâquet et Damir Skenderovic (dir.)
Québec, PUL (coll. «Culture française d'Amérique»), 250 p.
http://www.pulaval.com/produit/societes-de-migrations-en-debat-quebec-canada-suisse-approches-comparees 
Cet ouvrage rassemble les travaux de chercheurs de différentes disciplines autour de la thématique de la migration. Il a pour but de faire converger et mettre en valeur des recherches récentes portant sur cette question au Québec, au Canada et en Suisse du XIXe au XXIe siècle. Interpellés par les débats récents surgis dans des sociétés très attentives aux questions identitaires liées à la migration, aux liens entre religion et politique noués autour de la laïcité, ainsi qu’à la tolérance entre communautés d’origines diverses, des spécialistes en sciences humaines se sont sentis incités à réfléchir aux enjeux propres aux migrations, hier comme aujourd’hui. Réunis par le Centre suisse d’Etudes sur le Québec et la Francophonie (CEQF), ces chercheurs suisses, français et québécois ont voulu répondre à cette demande sociale en prenant le recul nécessaire et en engageant la réflexion et le débat sur les questions touchant la migration, dans ses composantes socio-politiques, identitaires et culturelles.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
451,5 Ko
  
Histoire du Centre-du-Québec
Claude Bellavance, Yvan Rousseau et Jean Roy (dir.)
Québec, Les Presses de l'Université Laval (coll. «Les régions du Québec»), 2013, 1023 p.
http://www.pulaval.com/produit/histoire-du-centre-du-quebec 
[…] Eh quoi ! se disait-il, serais-je condamné à travailler comme journalier, comme homme de peine, dans les lieux mêmes où mon père cultivait pour son propre compte ? La pensée d’émigrer, de s’expatrier, lui venait bien quelquefois, mais il la repoussait aussitôt comme anti-patriotique, anti-nationale. […] Mais dites-moi, je vous prie, puis-je en toute confiance choisir dans les milliers d’arpents non encore défrichés de ces vastes Cantons de l’Est, le lot qui me conviendra, sauf à en payer plus tard le prix au propriétaire, quand il me sera connu ? […]. Oh ! Gardez-vous-en bien. Si je vous racontais tous les malheurs qui sont résultés des imprudences de ce genre, et dont nos pauvres compatriotes ont été les victimes, depuis un certain nombre d’années, vous en frémiriez. Les grands propriétaires de ces terres incultes ne sont pas connus aujourd’hui, mais ils se cachent comme le loup qui guette sa proie ; et lorsque, après plusieurs années de travail, un défricheur industrieux aura doublé la valeur de leur propriété, ils se montreront tout-à-coup pour l’en faire déguerpir. […] Eh bien ! dit Jean d’un ton sérieux, je suis devenu propriétaire. J’ai maintenant à moi, en pleine propriété, sans aucune redevance quelconque, sans lods et ventes, ni cens et rentes, ni droit de banalité, ni droit de retrait, ni aucun droit quelconque, un magnifique lopin de terre de cent acres de terre… Antoine Gérin-Lajoie, Jean Rivard, le défricheur, 1862
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Une sociologie historique de l'enfance. Pensée du développement, catégorisation et visualisation graphique
André Turmel
Québec, Presses de l'Université Laval, 2013, 366 p.
 
Qu’est-ce qu’un enfant « normal » ? Tout au long du xixe siècle, l’hygiène publique et la pédiatrie ont joué un rôle déterminant autant dans l’image que dans la conception des enfants. Au début du xxe siècle, la psychologie parvient à l’avant-scène, transformant du coup notre pensée et notre compréhension. André Turmel examine ces transformations à la fois selon la perspective de l’observation scientifique des enfants (hygiène publique, pédiatrie, psychologie, éducation) et selon le point de vue d’une politique publique (bien-être de l’enfant, politique de la santé,  éducation et obligation scolaire). S’appuyant sur des descriptions historiques poussées en provenance de Grande-Bretagne, des États-Unis et de France, il étudie comment le développement séquentiel et le raisonnement statistique mènent au concept d’enfant « normal » et produisent une forme de standardisation par laquelle nous surveillons de près les enfants. Il montre comment les sociétés occidentales sont devenues des cultures centrées sur l’enfant et demande si nous allons continuer à faire reposer parentalité et éducation sur une vision de l’enfant qui n’est plus appropriée.

Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Régulation et investissement pour les infrastructures
Judith Clifton et Pierre Lanthier (dir.)
Entreprises et histoire, 70, Paris, ESKA, 2013, 150 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
Urban Rivers : Re-making Rivers, Cities and Space in Europe and North America
Stéphane Castonguay et Matthew Evenden
Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2012, 312 p.
 
Urban Rivers examines urban interventions on rivers through politics, economics, sanitation systems, technology, and societies; how rivers affected urbanization spatially, in infrastructure, territorial disputes, and in flood plains, and via their changing ecologies. Providing case studies from Vienna to Manitoba, the chapters assemble geographers and historians in a comparative survey of how cities and rivers interact from the seventeenth century to the present.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Brève histoire du régime seigneurial
Benoît Grenier
Montréal, Boréal, 2012, 248 p.
http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/livres/breve-histoire-regime-seigneurial-2129.html 
Le régime seigneurial a accompagné les premiers balbutiements de la colonisation française en Amérique du Nord au XVIIe siècle. Écrire l’histoire du régime seigneurial, c’est donc revenir aux sources du fait français en Amérique.

Le monde seigneurial du Québec a aussi survécu bien après l’abolition des droits et devoirs féodaux en France (1793). Il faudra attendre 1854 pour qu’on l’abolisse dans le Canada-Est. Cette longévité est d’autant plus étonnante que les droits seigneuriaux ne s’éteindront pas complètement cette année-là, ni même au XIXe siècle…

Les rapports inégalitaires et hiérarchisés caractéristiques du féodalisme européen se sont-ils transformés sur les rives du Saint-Laurent ? Le régime seigneurial s’est-il adapté, assoupli, dans ce terroir « neuf » ? A-t-il, au contraire, été appliqué avec rigueur ? A-t-il réellement constitué un outil de peuplement et, par conséquent, un facteur favorable au développement de la colonie ? A-t-il plutôt été un élément nuisible et un fardeau pour les habitants de la Nouvelle-France puis du Bas-Canada ? Le présent ouvrage tente de présenter une image moins dogmatique du monde seigneurial et de ses acteurs que celle de notre historiographie traditionnelle en reconnaissant la part de l’une et l’autre interprétation.

Préconisant une approche « humaine », l'ouvrage donne une large place aux acteurs, censitaires, seigneurs et seigneuresses, de manière à rendre compte, exemples à l'appui, du dynamisme et parfois des contradictions de cette société disparue.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Les Histoires de Paris, XVIe-XVIIIe siècles
Laurent Turcot et Thierry Belleguic (dir.)
Tome 1, Paris, Éditions Herman, 2012, 470 p.
 
Des récits de fondation à l’horizon uchronique, des entrées royales aux archives de la police, des témoignages de voyageurs aux mémoires de citadins, des antiquités aux grands chantiers d’embellissement, du Louvre au Parlement, de l’Hôtel à la rue, des halles aux jardins, du tâcheron au promeneur, des strates aux seuils, des seuils aux passages, de l’univers diurne à l’univers nocturne, de la fiction au tableau, l’Ancien Régime dessine, et invente, un Paris complexe, multiforme, que ces volumes vous invitent à étudier dans l’infinie variété de ses formes.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Les Histoires de Paris, XVIe-XVIIIe siècles
Thierry Belleguic et Laurent Turcot (dir.)
Tome 2, Paris, Éditions Herman, 2012, 563 p.
 
Des récits de fondation à l’horizon uchronique, des entrées royales aux archives de la police, des témoignages de voyageurs aux mémoires de citadins, des antiquités aux grands chantiers d’embellissement, du Louvre au Parlement, de l’Hôtel à la rue, des halles aux jardins, du tâcheron au promeneur, des strates aux seuils, des seuils aux passages, de l’univers diurne à l’univers nocturne, de la fiction au tableau, l’Ancien Régime dessine, et invente, un Paris complexe, multiforme, que ces volumes vous invitent à étudier dans l’infinie variété de ses formes.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
L'histoire nationale à l'école québécoise - Regards sur deux siècles d'enseignement
Félix Bouvier, Michel Allard, Paul Aubin et Marie-Claude Larouche
Québec, Septentrion, 2012, 552 p.
http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/histoire-nationale-a-l-ecole-quebecoise-l 
Si l'enseignement de l'histoire nationale fait souvent partie de l'actualité québécoise, assez curieusement enseignants et historiens se sont peu penchés sur l'histoire de l'enseignement de leur propre discipline.
Plusieurs spécialistes dessinent sous nos yeux une gigantesque fresque allant des origines à nos jours et détaillent l'enseignement de l'histoire au primaire, au secondaire et au collégial, tant dans les écoles francophones, anglophones qu'autochtones.
Le tout constitue la première tentative de description et d'analyse de ce qui s'est enseigné et de la manière dont on a procédé dans les écoles, s'attachant ainsi à dresser les contours scolaires de l'histoire nationale à l'échelle d'un territoire à géométrie variable selon les époques. Cet ouvrage met en lumière les courants pédagogiques qui ont animé les milieux de l'éducation dans ce secteur névralgique pour la mémoire et l'identité collective des Québécois.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Pour une histoire du risque : Québec, France, Belgique
David Niget et Martin Petitclerc (dir.)
Montréal et Rennes, Presses de l'Université du Québec et de l'Université de Rennes, 2012, 366 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
The Economic and Social Regulation of Public Utilities : An International History
Pierre Lanthier, Judith Clifton et Harm Schröter
Reproduction of the journal Business History, vol. 53, no 5, Routledge, Judith Clifton, Pierre Lanthier and Harm Schröter, 2012, 166 p.
Photo de l'individu ou de l'événement
La contribution des Noirs au Québec : quatre siècles d'une histoire partagée
Arnaud Bessière
Québec, Les Publications du Québec, 2012, 176 p.
http://www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/fre/products/978-2-551-25201-5 
Nombreux sont ceux qui pensent encore que les Noirs sont les plus récents immigrants. C’est ici mal connaître l’histoire du Canada et du Québec puisque  les Noirs ont toujours fait partie de l’expérience québécoise. Même s’ils ont longtemps été relégués au second plan, ils ont contribué à l’essor de la province et y participent encore aujourd’hui.

L’histoire des noirs au Québec n’est pas seulement sociale. Elle est aussi juridique et politique. En effet, le racisme ambiant au Québec et au Canada – terme utilisé ici comme synonyme de « discrimination » – trouve son écho aussi bien dans la législation de la province et du pays que dans l’ensemble de la société.

L’histoire nous apprend en outre beaucoup de choses sur l’esclavage des Noirs et le fait que certains étaient aussi considérés, pour reprendre l’expression commune, comme des « nègres libres ». On y découvre combien la situation des Noirs présents dans la province ou au pays a pu être pénible, et encore plus en période de crise. La population noire s’est modifiée néanmoins progressivement à partir du milieu des années 1950 et, à ce titre, le livre permet de mieux comprendre l’évolution des communautés noires au Québec jusqu’à nos jours. Vous verrez comment l’histoire des Noirs au Québec est révélatrice de la contribution de ces femmes et de ces hommes à la société québécoise d’hier et d’aujourd’hui.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Extrait
317,7 Ko
  
Les figures de l'enfance : un regard sociologique
André Turmel et Louise Hamelin Brabant (dir.)
Québec, Presses Inter Universitaires, 2012
Cet ouvrage s’inscrit dans la foulée d’un colloque qui avait pour titre «Les enfants d’hier à aujourd’hui : continuité, discontinuité, rupture et traduction». L’idée centrale consistait à interroger sociologues et anthropologues sur le passage des enfants d’hier – ceux de la société pré-industrielle – aux enfants d’aujourd’hui – ceux de la seconde phase de la modernité. L’interrogation, lancinante en quelque sorte, consiste à observer les mutations d’une forme sociale qui est l’enfant dans ce passage d’un type de société à un autre. Ce livre s’adresse à ceux et celles qui veulent libérer l’enfance des tenailles de l’argumentaire médiatique sur-psychologisé qui, habituellement, tient lieu de référent légitime au discours circulant.
D’une introduction articulée sur les figures de l’enfance qui se jouent de la sphère médiatique à la sphère politique, en passant par la sphère scientifique, Régine Sirota soumet l’idée selon laquelle les différentes figures de l’enfance s’instaurent au travers de multiples jeux de traductions et de réverbérations. L’ouvrage est subdivisé en trois parties. La première a trait aux Regards sur l’enfance, la deuxième aborde les Dispositifs méthodologiques de la recherche sur les enfants et les adolescents et la troisième s’attarde aux Cultures de l’enfance et de l’adolescence : loisirs, consommation et alimentation.
Les auteurs : Anne Barrère • Vincent Berry • Gilles Brougère • Isabelle Danic • Julie Delalande • Nicoletta Diasio • Anne Dupuy • Manuela Ferreira • Laurence Gavarini • Louise Hamelin Brabant • Andrée-Anne Lacasse • Geneviève Lessard • Michel Manson • Louis Mathiot • Aurélie Maurin • Antonietta Migliore • Sarra Mougel • Dominique Ottavi • Aleksandra Pawlowska • Cristina Rocha • Nathalie Roucous • Cornélia Schneider • Régine Sirota • André Turmel
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Metropolitan Natures. Environmental Histories of Montreal
Stéphane Castonguay et Michèle Dagenais (dir.)
Pittsburgh, University of Pittsburgh Press (coll. «History of the Urban Environment»), 2011, 321 p.
 
Un ouvrage collectif sur l'histoire urbaine environnementale de Montréal vient de paraître aux University of Pittsburgh Press, Metropolitan Natures. Environmental Histories of Montreal, sous la direction de Stéphane Castonguay et Michèle Dagenais. Cet ouvrage est composé de treize chapitres où sont abordées diverses facettes des rapports humains à la nature, à Montréal et dans la région métropolitaine, depuis les débuts de la colonie jusqu'à nos jours, autour de trois thèmes : culture urbaine et représentations, infrastructures et réseaux techniques, hinterland et rapports ville-campagne. Trois membres (outre Stéphane Castonguay et Michèle Dagenais, signalons Sherry Olson) et deux stagiaires postdoctoraux du CIÉQ signent cinq des treize chapitres du livre paru dans la collection « History of the Urban Environment », dirigée par Martin Melosi et Joel Tarr.

Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Forêt et société en Mauricie: la formation d'une région
René Hardy et Normand Séguin
Nouvelle édition, Québec, Septentrion, 2011, 337 p.
http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/livre.asp?id=3073 
Uu début des années 1850, l'aménagement du Saint-Maurice pour le flottage du bois ouvrait un vaste territoire à l'exploitation commerciale de la forêt. Puis, l'avènement des usines de pâte et papier, au cours des années 1890-1910, contribuera à la transformation de cet espace rural en une région industrielle et urbaine, dont la croissance reposera longtemps sur d'importantes réserves de bois et un potentiel considérable d'énergie hydroélectrique.

René Hardy et Normand Séguin convient les lecteurs à la compréhension de ce long cheminement avec cette nouvelle édition de Forêt et société en Mauricie, revue et enrichie de nombreux commentaires, illustrations et précisions. À travers une histoire sociale de la forêt mauricienne, qui met en lumière les principales ressources économiques, sociales et culturelles de la constitution de la région, les auteurs nous font entrer dans les camps de bûcherons, connaître leurs conditions de vie, découvrir la richesse de leur culture matérielle et montrent comment la mécanisation des opérations forestières à la veille de la Seconde Guerre mondiale a transformé leurs pratiques.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
La promenade au tournant des XVIIIe et XIXe siècles (Belgique-France-Angleterre)
Laurent Turcot et Christophe Loir (dir.)
Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles (coll. «Études sur le XVIIIe siècle», Études sur le XVIIIe siècle), 2011, 264 p.
http://www.fabula.org/actualites/la-promenade-au-tournant-des-xviiie-et-xixe-siecles-belgique-france-angleterre_47297.php 
Se promener, c’est-à-dire se déplacer d’un lieu à un autre pour le plaisir, est une pratique qui, en Europe, se développe surtout à partir du XVIIIe siècle. L’essor de la promenade est un phénomène culturel qui est à la fois lié à l’évolution des modes de déplacement, au développement des loisirs, à la demande de nouveaux modes de sociabilité, à l’essor économique et scientifique, ainsi qu’aux grands chantiers d’embellissement des villes. Cet ouvrage a pour objectif d’explorer cette histoire de la pratique de la promenade au tournant des XVIIIe et XIXe siècles en Belgique, en France, en Angleterre et en Allemagne.