Under development - Check back soon.
X
bandeau

Depuis 1993, les chercheurs du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) se joignent afin d’étudier les changements sociaux et culturels au Québec.

Pour en savoir plus

Colloques du CIEQ et en partenariat

Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
922,6 Ko
Affiche
769,3 Ko
 
15-16-17 février 2017
1415, 1430, 1435 et 2415, Pavillon La Laurentienne, salles 1415, 1416 et 1435, Université Laval, Québec
 
17e Colloque international étudiant du Département des sciences historiques de l’Université Laval (Artefact)
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval
LE 15 FÉVRIER À 17H

CONFÉRENCE D’OUVERTURE
Paris-Londres une histoire de deux villes postcoloniales
Martin Evans, professeur, Université du Sussex

Lieu : Auditorium Jean-Paul-Tardif (salle 1334), Pavillon La Laurentienne

Suivi à 18H45 d’un vin d’honneur et du
lancement des ACTES DU 16e COLLOQUE

Lieu : Hall du pavillon La Laurentienne


LE 17 FÉVRIER À 15H30

TABLE RONDE
Les limites de la recherche en sciences humaines et sociales

Participants et participantes :

Muriel Gomez-Perez, professeure spécialisée en histoire de l’Afrique au sud du Sahara et du monde arabo-musulman, Département des sciences historiques, Université Laval.

Matthew Hatvany, professeur spécialisé en géographie historique, Département de Géographie, Université Laval.

Michel Fortin, professeur d’archéologie du Proche-Orient et directeur du Département des sciences historiques de l’Université Laval.

Fernand Harvey, membre de la Société royale du Canada, secrétaire de la Société des Dix et professeur titulaire de la chaire Fernand-Dumont sur la culture à l’INRS, Université du Québec.

Avec l’animation de
Françoise Guénette

Lieu : Salle Le Cercle, 4e étage du pavillon Alphonse-Desjardins
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
48,3 Ko
Affiche
1,8 Mo
Programme
2,6 Mo
15-16 décembre 2016
Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)
 
État des faits et gestes du numérique: enseignement, recherche, publication
Organisé par
Isabelle Pichet, Laurent Turcot et Fadel Touré

Webdiffusion en direct 

Pour celles et ceux qui ne pourraient se déplacer ou qui connaissent des gens qui voudraient assister à l'événement, mais ne peuvent y être, le colloque État des faits et gestes du numérique dans le monde académique qui se tiendra les 15 et 16 décembre prochain sera diffusé en direct sur le Web. Les présentations seront retransmises :
jeudi le 15 déc. entre 11h et 17h
vendredi le 16 déc. entre 9h30 et 16h.
 
Voici le lien pour la webdiffusion : https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/gscw031?owa_no_site=1212&owa_no_fiche=78&owa_apercu=N&owa_imprimable=N&owa_bottin=N

- - -

Depuis le début des années 2000, une remise en question quant à l’essor du numérique, à l’explosion des appareils électroniques (téléphone intelligent, portable, tablette, etc.), et à l’accès à Internet haute vitesse a germé au sein de la communauté universitaire. L’omniprésence de ces nouveaux outils interroge et réinvente l’ensemble des modèles classiques de l’enseignement, de la publication et de la recherche, et cela dérange. La peur d’un appauvrissement culturel est née, et persiste. Toutefois, l’impact de l’ère numérique est là pour rester et s’étendre, rien ne sert de résister ou de se battre, il faut plutôt voir, savoir et comprendre comment en tirer parti et profiter des avantages qu’il propose. 

Dans la visée d’une intégration des connaissances, d’un enseignement augmenté et du rapport entre l’histoire et les jeux vidéo, il est impératif de se questionner sur les enjeux réels de cette omniprésence numérique et en constante transformation. Cette rencontre se veut une mise à nu des réflexions théoriques, mais aussi et surtout, des aspects techniques et pratiques de l’usage de la technologie numérique dans la mise en place de matériels pédagogiques, de supports d’enseignement et de la recherche.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
7 novembre 2016 de 11h30 à 18 h
Agora du pavillon Alphonse-Desjardins (atrium Jean-Guy-Paquet) et Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack,
 
Venez jouer sur notre territoire! Conférences et expériences géospatiales
Organisé par
Centre GéoStat - Bibliothèque de l'Université Laval

http://www.bibl.ulaval.ca/conferences-geospatiales-2016 

Le lundi 7 novembre 2016, la Bibliothèque de l'Université Laval vous invite à participer à la journée SIG sous le thème «Venez jouer sur notre territoire!» et à découvrir un univers géospatial des plus fascinants. L'équipe du Centre GéoStat et le comité organisateur de cette journée proposent un programme varié présentant une série d'activités spéciales qui auront lieu aux pavillons Alphonse-Desjardins et Maurice Pollack de l'Université Laval.
Lieu et durée de l'événement

Agora (atrium Jean-Guy-Paquet) du pavillon Alphonse-Desjardins et Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack, de 11 h 30 à 18 h

Discours et conférence d'ouverture
11 h 30 Discours d'ouverture
Stéfano Biondo, cartothécaire, Centre GéoStat, Bibliothèque de l'Université Laval Loubna Ghaouti, directrice de la Bibliothèque de l'Université Laval

11 h 45 Conférence d'ouverture
L'archéologie subaquatique des navires de Sir John Franklin, HMS Erebus et HMS Terror
Marc-André Bernier, gestionnaire de l'équipe d'archéologie subaquatique de Parcs Canada

Conférences
12 h 45 Nomade temps réel: la géomatique au service des clients du bus
Luc Samson, coordonnateur à la planification des services, Direction de la planification stratégique, Réseau de transport de la Capitale

13 h 15 Raisonner spatialement ou la clef de l'intelligence urbaine
Stéphane Roche, professeur titulaire de sciences géomatiques, vice-doyen à la recherche et aux études, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, Université Laval

13 h 45 Pause

14 h 15 Utilisation des SIG pour l'étude des grandes perturbations naturelles en forêt
Martin Simard, professeur, Département de géographie, Université Laval

14 h 45 Application des SIG dans la conception des rues à Québec selon les objectifs d'une approche de rues conviviales (Complete Streets)

Peter W. Murphy, Conseiller en design urbain, Division du design urbain et de l'architecture de paysage, Ville de Québec

Stations d'expériences géospatiales

Entre 11 h 30 et 18 h
Vous aurez l'occasion de vivre l'expérience géospatiale à son meilleur grâce aux différentes stations proposées qui vous permettront entre autres de plonger dans un monde virtuel et de voir les applications impressionnantes de la réalité augmentée.
• Bac à sable à réalité augmentée
• Numérisation 3D du Monastère des Ursulines de Québec: une visite virtuelle en Web immersif
• Projet cartographique - Tableau de bord dynamique de la jeunesse francophone
• Relevé LiDAR terrestre
• Navigation sur la tablette Tango de Google
• Numériseur 3D portable
• Navigation sur la table tactile du Centre GéoStat
• Casque immersif Oculus avec modèle du campus
• John Franklin et l'expédition Coppermine sur la table tactile du Centre GéoStat
• Imprimante 3D du FABLAB
• Mesure des vagues et des marées à l'aide d'une bouée GPS (GNSS)
• Les données géographiques gouvernementales au service de l'enseignement et de la recherche

Concours d'affiches scientifiques

Entre 16 h et 17 h
Visitez le concours d'affiches s'adressant aux étudiants de l'Université Laval de 2e et 3e cycles dont le projet de recherche comporte un volet géospatial ou nécessite l'utilisation d'un système d'information géographique. Vous pourrez échanger avec les étudiants présents sur place. En savoir plus sur le concours d'affiches scientifiques.
Concours «Ma thèse en 360°»

Entre 15 h 15 et 17 h
Venez assister en direct au concours «Ma thèse en 360°». Des étudiants de 2e et 3e cycles devront y présenter en 3 minutes un exposé clair et convaincant de leur projet de recherche. Celui-ci doit comporter une composante géospatiale ou avoir recours à un système d'information géographique. En savoir plus sur le concours «Ma thèse en 360°».
Cocktail de réseautage et remise des prix

Entre 16 h et 18 h
Vous aurez l'occasion d'échanger entre étudiants, professeurs, chercheurs, professionnels et gens de l'industrie lors du cocktail clôturant la journée. Le concours d'affiches ainsi que la remise des prix pour les différents concours se dérouleront durant cette période.
À propos de la journée SIG (GIS Day)

Venez jouer sur notre territoire! s'inscrit dans le cadre de la journée SIG (GIS Day) lors de laquelle des centaines d'événements sont organisés partout dans le monde afin de mieux faire connaître l'importance de la géographie et des systèmes d'information géographique (SIG). Depuis 1999, la Journée SIG se déroule chaque année pendant la troisième semaine de novembre à l'occasion de la Semaine de l'éveil à la géographie (Geography Awareness Week ou GeoWeek).

Collaborateurs
Le comité organisateur de l'édition 2016 de la journée Venez jouer sur notre territoire! est composé de membres de la communauté universitaire provenant de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, du Centre de recherche en géomatique (CRG), du Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ) et du Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD). La Bibliothèque les remercie pour leur engagement dans le projet. Consultez la liste des membres du comité organisateur.
La Bibliothèque remercie également M. Raymond Poirier de l'Institut Technologies de l'information et Sociétés (ITIS) pour l'animation de la journée à l'Agora du pavillon Alphonse-Desjardins et au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack.
 
Commanditaires
Le comité organisateur de la journée Venez jouer sur notre territoire! remercie ses commanditaires: K2 Géospatial, Réseau Convergence, ESRI,  Association de Géomatique Municipale du Québec (AGMQ), Cansel,  l'Institut nordique du Québec, Fujitsu et SmartPixel.tv.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
2,1 Mo
Affiche
716,3 Ko
 
3 et 4 novembre 2016
Sherbrooke, Québec
 
Pouvoir et territoire au Québec : acteurs, enjeux et processus, de 1850 à nos jours
Organisé par
Organisé par Harold Bérubé, Benoît Grenier, Michel Morissette et Stéphane Savard
Le 8 avril 2015, le quotidien Le Devoir titrait : « Couillard présente un nouveau Plan Nord de 22 milliards ». Cette nouvelle rapportait la plus récente politique, la dernière en date, de prise de possession et d’aménagement du Nord québécois. Comme plusieurs de ses prédécesseurs, dont Jean Lesage et Robert Bourassa, le premier ministre libéral cherche à affirmer le pouvoir politique québécois sur son vaste territoire, à en exploiter tout le potentiel économique, mais également politique.

L’histoire du Québec est intimement liée aux différentes formes de pouvoirs qui ont cherché à façonner son paysage au fil du temps. Faire l’histoire du territoire c’est effectivement « éclairer le sens des rapports à l’espace qu’entretiennent dans le temps les acteurs sociaux, pour mieux découvrir ou mieux apprécier les dynamiques qui orientent l’évolution et la transformation de la société ». En ce sens, le territoire et le pouvoir sont des concepts polysémiques. D’abord, la notion de territoire réfère à un espace géographique qui peut être délimité par une frontière physique, politique, culturelle, voire imaginée. Le territoire, soumis aux aléas de la nature ou à l’intervention humaine, est à la fois changeant et permanent selon son essence. Le pouvoir, quant à lui, constitue la capacité d’agir et d’influer sur son environnement, son territoire. Il implique, le plus souvent, un rapport de force dominant/dominé et peut s’exprimer de différentes façons, que l’on pense aux pouvoirs politiques, économiques, institutionnels ou naturels. Il peut prendre une multitude de formes, il peut être imposé, voulu, renversé, inconscient, voire absent. Ce pouvoir peut également s’exercer et influencer de diverses façons le territoire : prise de possession, aménagement, contrôle, exploitation, etc.

Entre 1850 et aujourd’hui, différents acteurs, enjeux et processus ont façonné le paysage et le territoire du Québec, qu’il s’agisse des acteurs traditionnels du pouvoir ou encore des forces issues de différents pans de la société civile ; des enjeux liés à l’exploitation ou à la préservation des ressources naturelles, au développement ou à la relance des différentes régions de la province, à l’aménagement ou au gouvernement d’agglomérations urbaines en expansion ; ou encore des nombreuses ramifications des processus d’urbanisation et d’industrialisation qui démarrent au milieu du 19e siècle, mais ne cessent depuis de transformer le territoire québécois et ceux et celles qui l’habitent. C’est dans le but de dresser un portrait aussi complet que possible de l’histoire des différents rapports entre « pouvoirs » et « territoires » dans la province – exercice du pouvoir sur le territoire, mais aussi influence souvent déterminante du territoire sur le pouvoir – que nous sommes réunis à l’Hôtel de Ville de Sherbrooke, sous la thématique : « Pouvoir et territoire au Québec : acteurs, enjeux et processus, de 1850 à nos jours ».
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
1,5 Mo
Programme
2,1 Mo
Inivitation
492,7 Ko
31 août-2 septembre 2016
Montréal - UQAM, salle DR-200
 
Question sociale et citoyenneté
Organisé par
Centre d'histoire des régulations sociales (CHRS), le CIEQ, le Conseil de recherches en sciences humaines et le Département d'histoire de l'UQAM

http://questionsociale.uqam.ca 

Il y a une vingtaine d’années, le sociologue Robert Castel, dans son livre influent Les métamorphoses de la question sociale, invitait à réfléchir à cette «aporie fondamentale sur laquelle une société expérimente l’énigme de sa cohésion et tente de conjurer le risque de sa fracture» causée par les inégalités sociales et les problèmes sociaux dans un régime démocratique. Nous entendons, dans le cadre de ce colloque, poursuivre cette réflexion qui est toujours d’actualité comme le démontrent les nombreuses discussions soulevées par les thèses récentes de Thomas Piketty sur la croissance des inégalités sociales au XXe siècle, du juriste Alain Supiot sur la crise de l’esprit de la justice sociale hérité de la Déclaration de Philadelphie sur les droits universels de l’Organisation internationale du Travail en 1944, ou des constats des organisations internationales qui témoignent d’une croissance des inégalités dans la plupart des régions du monde. Ce colloque vise donc à renouveler les problématiques relatives à l’analyse historique des problèmes sociaux et des inégalités sociales en questionnant ces enjeux sous l’angle de la citoyenneté.

Ce colloque international, organisé par le Centre d’histoire des régulations sociales, visera à interroger les inégalités sociales sous l’angle de la citoyenneté. Davantage qu’un statut juridique conféré par l’État ou découlant d’un «contrat social», la citoyenneté apparaît, dans la recherche récente en histoire, comme l’objet et le résultat de luttes de pouvoirs, qui visent à définir « des membres compétents de la société ». Le concept de citoyenneté apparaît ainsi comme un puissant révélateur des inégalités et des luttes sociales qui traversent les sociétés contemporaines. Ce sont différents aspects de l’histoire de ces inégalités et de ces luttes qu’interrogeront les participants à notre colloque.

Pluridisciplinaire, le Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS), dont Martin Petitclerc est le directeur, regroupe 12 professeurs-chercheurs québécois provenant de 8 établissements postsecondaires. Depuis ses débuts en 1990, notre équipe documente et interroge l’histoire des inégalités sociales et des problèmes sociaux (crime, pauvreté, folie, déviance, etc.) au Québec. Nous étudions avant tout la dynamique conflictuelle de construction et d’imposition des normes qui structurent la vie en société. Après un important renouvellement de ses membres, notre équipe a reçu en 2014 une subvention d’infrastructure d’une durée de quatre ans du Fonds de la recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), pour une programmation scientifique intitulée « Le gouvernement de la misère et la citoyenneté : pauvreté, maladie et crime dans l’histoire du Québec ».
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
71,9 Ko
Affiche
769,9 Ko
 
27-28 octobre 2016
Morrin Centre, Québec
 
Communauté et citoyenneté du Moyen Âge à nos jours
Organisé par
Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), Le CIEQ et Université Laval

https://clairedolan.ca/programme-colloque-2/ 

En partenariat avec le CRSH, l’Université Laval, le CIEQ et la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Laval, ce colloque est organisé par Claire Dolan (prof. au Dép. des sc. historiques, UL), en collaboration avec Louise Lainesse, Myriam Cyr et Hadjer Remilli (étudiants du Dép. des sc. historiques). Il vise à montrer comment la communauté et la vie politique se renseignent mutuellement et modulent la citoyenneté. Le programme du colloque est disponible à l’adresse suivante : https://clairedolan.ca. L’inscription est gratuite mais nécessaire pour recevoir un lien vers les textes des communications qui seront discutées. Deux tables rondes grand public se tiendront le 27 octobre dans le cadre de ce colloque. L’une portera sur « La citoyenneté et l’école », l’autre sur « Citoyenneté et communauté : confrontations ou aménagements? »
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
1,0 Mo
Programme court
179,8 Ko
 
6-8 octobre 2016
UQAC, Saguenay
 
Transmissions et transferts
Organisé par
L’institut d’histoire de l’Amérique française

http://congresihaf2016.cieq.ca/ 

Transmissions et transferts constituent la thématique au coeur de la programmation. Actes de communication ou de déplacement, ils donnent prise sur la circulation des biens, des connaissances et des idées comme des savoir-faire et des pratiques, de même qu’ils découpent le temps et l’espace de l’échange, scandent la vie des collectivités à travers le jeu des rapports sociaux, ou encore tracent le sillage de l’histoire par la passation des patrimoines matériels et immatériels. La diversité des approches et des objets de recherche ainsi concernés a donné lieu à bon nombre de propositions provenant non seulement d’historiens, mais aussi d’archéologues, de démographes, de géographes et de spécialistes en études littéraires, tous au rendez-vous d’automne pour partager leurs derniers résultats de recherche. Pas moins de 24 séances sont inscrites au programme, animées par 75 chercheurs et chercheuses rattachés-es à des institutions du Québec, de diverses provinces canadiennes, des États-Unis, du Mexique, de France et d’Allemagne.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
1,0 octets
Call for papers
1,0 octets
Infos utiles_frais déplacement
1,0 octets
Affiche
335,0 Ko
Programme
850,1 Ko
 
16-17 juin 2016
Trois-Rivières
 
L'argent des familles : pratiques et régulations sociales en Occident aux 19e et 20e siècles/Family assets: Social practices and social regulation in the West during the nineteenth and twentieth centuries
Organisé par
Thierry Nootens et Yvan Rousseau
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
1,0 octets
  
19-20 mai 2016
Maison de la recherche Germaine Tillion, salle Frida Kahlo, 11 boulevard Lavoisier, Angers, France
 
Familles et relations familiales : fondements, évolutions et régulations
Organisé par
Le Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) et Le Centre de Recherches Historiques de l'Ouest (CERHIO)
Photo de l'individu ou de l'événement
17-18-19 février 2016
Pavillon La Laurentienne, salles 1415, 1430 et 1435, Université Laval, Québec, Pavillon La Laurentienne, salles 1415, 1430 et 1435, Université Laval, Québec
 
16e Colloque international étudiant du Département des sciences historiques de l’Université Laval (Artefact)
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval (Artefact)
Le 17 février à 18 h

Conférence  d’ouverture
Aide humanitaire et monde commun :
Pratiques et perceptions quotidiennes au Canada du XXe siècle
Dominique Marshall, professeure, Université de Carleton

Lieu : Auditorium Jean-Paul-Tardif (salle 1334), Pavillon La Laurentienne

Suivi à 19 h 45 d’un
vin d’honneur et du lancement des Actes du 15e colloque
Lieu : Hall du pavillon La Laurentienne

- - -
Le 18 février à 19 h

Table ronde
La diffusion et la médiatisation de l’histoire

Participants et participante :

Denis Vaugeois, historien et fondateur de la maison d’édition Septentrion dont il est aujourd’hui le président et un des éditeurs

Josette Brun, professeure spécialisée en histoire des médias et sur les rapports sociaux de sexe dans les médias à l’Université Laval

Yves Beauregard, historien, cofondateur et directeur de la revue Cap-aux-Diamants

avec l’animation de
Françoise Guénette
Lieu : Auditorium Jean-Paul-Tardif (salle 1334), Pavillon La Laurentienne

Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
16 novembre 2015 de 11 h à 18 h
Agora du pavillon Alphonse-Desjardins (atrium Jean-Guy-Paquet)
 
Venez jouer sur notre territoire! Conférences et expériences géospatiales.
Organisé par
Centre GéoStat - Bibliothèque de l'Université Laval

https://www.bibl.ulaval.ca/conferences-geospatiales-2015 

Ouvert à tous. Aucune inscription requise

Le lundi 16 novembre 2015, la Bibliothèque de l'Université Laval vous invite à venir jouer sur son territoire et à découvrir un univers géospatial des plus fascinants. L'équipe du Centre GéoStat et le comité organisateur de cette journée vous proposent un programme varié présentant une série d'activités spéciales qui auront lieu au pavillon Alphonse-Desjardins de l'Université Laval. Voici le programme de cette journée.

Lieu et durée de l'événement
Agora du pavillon Alphonse-Desjardins (atrium Jean-Guy-Paquet), de 11 h à 18 h
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
556,7 Ko
  
12 novembre 2015
Université Laval, Pavillon Félix-Antoine-Savard, local 813
 
50 ans de relations entre juifs et catholiques au Québec
Organisé par
Gilles Routhier
PROGRAMME

9h00 Accueil et bienvenue
Gilles Routhier, doyen FTSR

Présidence de séance de la matinée, Mme Adriana Barra, directrice du Centre canadien d’œcuménisme

Aux origines du dialogue Judéo-Chrétien à Québec et à Montréal
9h10 -9h40 : «La naissance des relations judéo-chrétiennes à Montréal» : Dr.Victor Goldbloom
9:40-10h10 «Les amitiés judéo-chrétiennes de Québec» : Prof. Gilles Routhier

10h15 – 10h30 Pause

Les relations judéo-chrétiennes au Canada
10h30-11h00 : «Le Conseil canadien des chrétiens et des juifs» : Prof. Michael Attrige
11h00-12h00 : «Contributions canadiennes à la Déclaration Nostra Aetate à Vatican II» : Prof. Gilles Routhier

12h00 à 14h00 Dîner

Présidence de séance de l’après-midi, Mme Myriam Azogui-Halbwax, Directrice associée, Relations communautaires et universitaires du Centre consultatif des relations juives et israéliennes

La réception de Nostra Aetate au Canada. De Nostra Aetate à aujourd'hui
14h00-14h30 : Rabbi Dr. Lisa Grushcow
14:30-15:00 : «Le dialogue judéo-chrétien au Québec aujourd’hui. Les groupes de fraternité; les avancées et les difficultés» Dr. Jean Duhaime

15h00 : Échanges et conclusions


La Journée d’étude aura lieu au Pavillon Félix-Antoine-Savard, salle 813

La réalisation de cette journée a été rendue possible grâce à une subvention de la Fondation Maurice Pollack

Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
948,4 Ko
Programme
2,5 Mo
 
15-17 octobre 2015
Université McGill et Hôtel Delta, Montréal
 
Urbanités
Organisé par
L’institut d’histoire de l’Amérique française

http://congresihaf2015.cieq.ca 

Au cours de l’histoire, les villes de l’Amérique française ont revêtu de multiples significations. Certaines ont été valorisées pour leur fonction gouvernementale ou économique, d’autres ont acquis un statut culturel ou religieux. Il existe également une panoplie de récits sur la ville qui laisse transparaître des émotions intenses et parfois contradictoires à leur sujet. Elles peuvent être synonymes de liberté et de fières réussites collectives et en même temps, ou à d’autres moments, décrites et décriées comme lieux de criminalité, de ruine morale, de matérialisme exacerbé — de tout ce qui menace l’intégrité de la nation. En 2015, le Congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française portera sur le thème « Urbanités ». Exprimé au singulier, le mot « urbanité » dénote la qualité urbaine d’un lieu. Nous employons la forme plurielle du mot afin d’insister sur les diverses perceptions que les citadins construisent de leur ville, le caractère unique d’une ville par rapport à une autre et l’évolution historique des urbanités. Le Congrès se tiendra dans le centre-ville de Montréal (à l’Université McGill et à l’Hôtel Delta). Il sera l’occasion de réfléchir à la pluralité des expériences et des identités urbaines, à la multiplicité des récits urbains et à leurs conséquences pour l’histoire de l’Amérique française.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
1,0 octets
Affiche
294,9 Ko
Programme
1,4 Mo
8 et 9 octobre 2015
Salle 2326, Pavillon Alphonse-Desjardins, Université Laval, Québec, Canada
 
Familles et relations familiales: fondements, évolutions et régulations
Organisé par
Le Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) et Le Centre de Recherches Historiques de l'Ouest (CERHIO)

Lien vers l'album photo Facebook 

Le Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) et le Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO) s’unissent à nouveau pour organiser un deuxième séminaire thématique, lequel s’amorcera à Québec les 8 et 9 octobre 2015 pour se poursuivre en France au sein du CERHIO courant mai 2016. Cette année, le séminaire se penchera sur le thème de la famille, institution vitale de la société civile ayant reçu une grande attention de la part des deux centres de recherche.

Cellule fondamentale de reproduction, de socialisation et d’éducation de l’individu, la famille est aussi à la base du réseau proximal qui constitue la part première du capital social individuel. Confrontée aux aléas de la reproduction (mortalité adulte, nombre et sexe des enfants) et au contexte économique, la famille est parvenue à développer diverses stratégies adaptatives intra et inter générationnelles afin d’assurer sa survie. Le présent séminaire souhaite susciter la réflexion tant sur les forces externes et internes qui entourent l’existence de la famille (prescriptions religieuses et juridiques, transformation des paradigmes et débats de société, relations entre générations, rapports sociaux de genres et de classes, etc.) que sur les réponses individuelles ou collectives de ses membres (concurrence ou collaboration, jeux d’alliances et de négociations, etc.).
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
1,3 Mo
Programme
585,2 Ko
 
2-3 octobre 2015
Université du Québec à Montréal (local D-R200)
 
Mutations et recompositions des expressions culturelles et populaires du catholicisme québécois
Organisé par
Société canadienne d’histoire de l’Église catholique

http://schec.cieq.ca 

Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
1,0 Mo
  
17-18 septembre 2015
Université du Québec, 475 rue du Parvis, Québec, Salle du Conseil (room 2410)
 
Spatial Analysis in Historical Demography: micro and macro approaches
Organisé par
IUSSP Scientific Panel on Historical Demography, UQAC, CIEQ et Université de Genève

http://iussp.org/fr/séminaire-international-sur-lanalyse-spatiale-en-démographie-historique 

Au cours des dernières années, les chercheurs en démographie historique ont eu accès à plusieurs nouvelles sources de données qui comprennent dans bien des cas des informations géographiques détaillées permettant des analyses spatiales sophistiquées. Les données complètes des recensements nationaux avec des identificateurs géographiques à de faibles niveaux d'agrégation, même à l'échelle de l'individu, ainsi que des cartes historiques détaillées des villes et des campagnes sont deux exemples de ces développements. Le jumelage des informations contextuelles aux microdonnées socioéconomiques et démographiques vient enrichir davantage ces sources de données et ouvre un éventail de possibilités pour améliorer notre compréhension des modèles démographiques du passé. La modélisation spatiale des transformations de la fécondité et de la mortalité au cours du temps ou de la diffusion de nouveaux comportements dans les modes de formation de la famille et la sélection des conjoints pourraient apporter une contribution importante à notre compréhension de la première transition démographique. Les possibilités d'analyse offertes par l'utilisation d'un SIG historique proposent une toute nouvelle perspective pour l’étude des interactions entre les processus climatiques, environnementaux, socioéconomiques et démographiques liés à la santé, la mortalité, la migration et la formation des familles dans le passé.
 
Le but de ce séminaire est de stimuler la recherche en démographie historique basée sur l’exploitation de ces nouvelles ressources et infrastructures pour étudier les principaux thèmes de la discipline. Le séminaire vise aussi à réunir des chercheurs de divers horizons intéressés par l'analyse spatiale en démographie historique. 
 
1- Les analyses au niveau macro comme l'analyse de cluster, la modélisation spatiale des données agrégées ainsi que les modèles multiniveaux de structures spatiales réalisés à l'aide de SIG ;
2- Les analyses au niveau micro telles que l'analyse spatiale des trajectoires de vie (mariage, fécondité, mortalité et migration), les interactions entre les parcours de vie et la mobilité, l'environnement et la mobilité sociale ;
3- Les interactions macro-micro telles que les effets contextuels sur les parcours de vie individuels.

Bien que plupart des communications devraient apporter des contributions empiriques, des communications plus théoriques ou méthodologiques sont également les bienvenues, pour autant qu'elles portent sur le thème principal du séminaire. Nous encourageons les propositions couvrant une variété d'échelles géographiques allant des petites régions à des pays entiers ou à des groupes de pays. 
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
131,2 Ko
Affiche
722,8 Ko
Programme
2,4 Mo
27-28 mars 2015
Morrin Centre, 44 chaussée des Écossais, Québec
 
Des rencontres ambiguës : les relations entre anglophones et francophones au Québec, de la Conquête à la Révolution tranquille
Organisé par
Alex Tremblay, Anne-Catherine Bélanger-Catta, Patrick Donovan, Jonathan Fortin, Donald Fyson et al.

http://rencontresambigues2015.cieq.ca 

Les historiens du Québec étudient les rapports entre anglophones et francophones depuis longtemps. Dès le milieu du XIXe siècle, François-Xavier Garneau fait état de ces relations dans son oeuvre majeure, Histoire du Canada, en mettant l'accent sur les rapports de force inégaux entre les deux groupes. D'autres historiens du XIXe et du début du XXe siècle se penchent uniquement sur les rapports harmonieux entre ce qu'ils présentent comme les deux « races fondatrices ». Au milieu du XXe siècle, des historiens néonationalistes comme Michel Brunet proposent plutôt une lecture essentiellement conflictuelle des interactions entre « Anglais » et « Canadiens » ou « Canadiens-Français ». Depuis, sans nier cette base conflictuelle importante et sans tomber de nouveau dans le jovialisme d'antan, les chercheur(e)s ont élargi les horizons pour aborder également, d'un point de vue critique, les relations moins conflictuelles qu'entretiennent ces deux groupes, en s’intéressant aux organisations et aux lieux au sein desquels ils se croisent. De nos jours, les questionnements et les approches sur ce sujet se sont considérablement multipliés. On se penche tant sur les rencontres entre anglophones et francophones dans un cadre privé que dans la société de manière plus générale. On ne compte plus les travaux dans lesquels cette question est abordée sur les plans religieux, culturel, social, familial, institutionnel, juridique ou politique.

Le Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ) et le Morrin Centre convient ceux et celles qui s'y intéressent à un colloque sur les relations entre anglophones et francophones au Québec de la Conquête à la Révolution tranquille. Cet événement se veut une occasion de faire le point sur la multitude de travaux sur le sujet, de présenter des résultats de recherche à la communauté scientifique et au grand public cultivé et de susciter de nouveaux questionnements.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
907,8 Ko
Programme
1,8 Mo
 
19 mars 2015
Université Laval, Auditorium Jean-Paul Tardif, Pavillon La Laurentienne
 
Flux migratoires et mobilités scientifiques dans l’espace francophone: vers un état des lieux
Organisé par
Omari Sophie, Richard Marcoux et Virginie Mesguich

https://www.odsef.fss.ulaval.ca/JIF-ODSEF-ULaval-2015 

Colloque organisé par l’ODSEF et le Bureau des Amériques de l’AUF – Pôle de développement avec la collaboration de la Délégation Wallonie-Bruxelles à Québec et du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Gouvernement du Québec

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) regroupe, sur cinq continents, un ensemble de 80 États et gouvernements qui ont le statut de membres ou d’observateurs au sein de cette institution. La volonté de favoriser les échanges entre ces différents pays et gouvernements a été plusieurs fois réaffirmée, conduisant à cette idée, largement reprise au cours des dernières années, du développement et de la consolidation d’un espace économique francophone.

Évidemment, la mobilité des personnes s’avère un des enjeux centraux permettant d’assurer le dynamisme de cet espace francophone. C’est ainsi que l’article 29 de la Déclaration adoptée lors du Sommet de Kinshasa en 2012 énonce : « Nous nous engageons à créer, au sein de l’espace francophone, les conditions propices à la mobilité des personnes, en particulier les jeunes, les universitaires, les artistes et les acteurs économiques et culturels. ». Au Sommet 2014 à Dakar, les instances de l’OIF ont entériné une stratégie jeunesse ainsi qu’une stratégie économique au sein desquelles se retrouvaient notamment les questions de mobilités des individus. Les Chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage ont ainsi signé la Déclaration du XVe Sommet dont le chapitre 27 précise qu’ils « veilleron[t] à faciliter la mobilité des entrepreneurs, des femmes et des jeunes ».

Si l’on peut croire que ces engagements politiques auront des répercussions dans les années à venir, qu’en est-il, à ce jour, de ces mobilités des personnes à l’intérieur de l’espace francophone ? En effet, cet espace est déjà traversé par des échanges migratoires fort variés. Comment ont évolué les tendances dans ce domaine depuis le début du 21ième siècle, plus particulièrement au Québec, au Canada et en Wallonie-Bruxelles ? Dans la nouvelle économie du savoir, l’espace francophone est également traversé par d’importants flux de mobilité étudiante et de chercheurs. Quelles sont les sources fiables d’informations nous permettant de dresser un portrait des tendances de ces mobilités ? La première séance du colloque devrait nous permettre d’offrir un éclairage à ces questions. Par ailleurs, certaines institutions interviennent dans ces domaines et ont développé une expertise importante. Quelles conclusions pouvons-nous tirer de certains des projets-phares qui viennent en appui à la mobilité des personnes et plus particulièrement des jeunes de l’espace francophone ? La seconde séance prendra la forme d’une table-ronde permettant à certains responsables de programmes de faire état de leurs expériences et de nous proposer quelques leçons à tirer.

Réunissant des intervenants et experts, principalement du Québec, du Canada et de Wallonie-Bruxelles, le présent colloque se donne comme objectif d’esquisser un début de réflexion sur les enjeux entourant les mobilités des personnes et des jeunes en particulier, et ce, au sein de l’espace francophone. À quelques mois du second Forum mondial de la langue française qui se tiendra à Liège en juillet 2015, l’ouverture du colloque sera également l’occasion de souligner le passage de témoin entre cette ville et celle de Québec qui a accueilli la première édition du FMLF.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
3,1 Mo
Programme
1,0 octets
 
17 mars 2015
Université de Sherbrooke, Faculté des Lettres et sciences humaines, Local A4-166
 
Nouveaux regards sur l’histoire de la noblesse canadienne
Organisé par
Karine Pépin et Benoît Grenier

https://www.facebook.com/events/330537373813955/?ref_dashboard_filter=upcoming 

Depuis la décennie 1990, les historiens ont réinvesti la recherche sur la noblesse coloniale d’Amérique du Nord. Ce nouveau souffle dans la recherche est rendu possible grâce à une meilleure indexation des archives, mais également par des initiatives en démographie historique, comme celle du PRDH (Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal). La thèse de Lorraine Gadoury, publiée en 1992, a revigoré l’intérêt des historiens pour l’étude des élites, qui s’est davantage concrétisée à partir des années 2000. Il faut mentionner les travaux novateurs de François-Joseph Ruggiu qui, dans une perspective d’histoire impériale française, portent autant sur les noblesses européennes que coloniales. Ruggiu dénote deux renouveaux récents dans l’historiographie de la noblesse canadienne : d’une part, l’intérêt croissant pour le régime anglais, par l’entremise des travaux de Donald Fyson (2010), de Sophie Imbeault (2004) et de Roch Legault (2002), et d’autre part, pour les études généalogiques touchant les nobles canadiens, telles que celles réalisées par Yves Drolet (2013) ou Robert Larin (2008)*. Il faut également évoquer l’étude de Benoît Grenier sur les seigneurs campagnards, qui a voulu apporter une vision renouvelée des relations des seigneurs (tantôt nobles, souvent roturiers) avec leurs censitaires (2007). Plus près de nous, l’année 2013 a entrainé un renouveau historiographique considérable, car elle marquait le 250e anniversaire du Traité de Paris. Beaucoup d’études concernant la Conquête et les groupes élitaires durant le régime britannique ont été publiées récemment en raison de l’engouement propre à une période de commémoration.

Il est toutefois indéniable que plusieurs facettes de l’histoire des nobles du Canada, en amont et en aval de la Conquête, restent à étudier. Maintenant que les commémorations sont terminées, le dynamisme des recherches sur le groupe nobiliaire va-t-il se poursuivre ou n’était-il qu’un feu de paille? Quelles sont les perspectives de recherche sur la noblesse coloniale et que peut-on retirer des études antérieures? Tout en faisant le bilan des travaux sur ce groupe social privilégié, cette journée d’étude sera une occasion de rassemblement et de discussion pour les chercheurs qui se spécialisent sur cet objet d’étude. Nous avons donc saisi l’opportunité d’organiser un événement qui réunirait à la fois les étudiants et les chercheurs établis dans le milieu qui ont pour point commun la noblesse comme objet d’étude.

* François-Joseph Ruggiu, « Le destin de la noblesse du Canada, de l’Empire français à l’Empire britannique », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 66, nº 1 (2012), p. 39-40.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
109,2 Ko
Affiche
1,5 Mo
Programme
328,5 Ko
Visionner l'album
  
13 mars 2015
Manoir Boucher de Niverville, Trois-Rivières
 
Regards croisés sur la vie culturelle et les sociabilités régionales au Québec (XIXe-XXe siècles)
Organisé par
Coorganisé par le CIEQ et le CRILCQ
Au XIXe siècle, avec l’accélération de l’urbanisation, l’augmentation de l’immigration, l’arrivée du chemin de fer et les débuts de l’industrialisation, de nombreux noyaux villageois se transforment en petits centres urbains au Québec. Saint-Jean-sur-Richelieu, par exemple, passe du statut de bourgade de moins de 80 maisons à celui de ville comptant près de 5 000 personnes. De relais entre les États-Unis et Montréal, elle devient un centre régional doté de manufactures de céramique, d’églises catholique et anglicane, d’un couvent et d’un palais de justice. Rapidement une vie culturelle diversifiée prend forme à l’initiative des élites locales. Tout au long du XIXe siècle, plusieurs ensembles musicaux, groupes de comédiens amateurs, sociétés savantes et clubs de cartes y voient le jour. Qui plus est, une presse locale dynamique se met en branle à partir du milieu du siècle. Le Franco-Canadien – plus tard renommé le Canada français – témoigne de la vitalité de la communauté. Loin d’être un cas unique, Saint-sur-Richelieu est un exemple parmi tant d’autres. À l’instar de cette communauté, bon nombre de noyaux urbains émergent au Québec au XIXe siècle et se dotent de multiples institutions et d’une presse locale. On n’a qu’à penser à Sherbrooke, Saint-Hyacinthe, Rivière-du-Loup, Rimouski, Joliette, Saint-Jérôme ou Chicoutimi.

À l’occasion du 155e anniversaire du
Canada français, fondé en 1860 par Félix-Gabriel
Marchand, le Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIÉQ) et le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) proposent de réfléchir aux rapports entre presse et centres urbains régionaux entre 1800 et 1939. Dans une perspective interdisciplinaire, professeurs, chercheurs et étudiants des cycles supérieurs sont invités à croiser leurs regards et leurs analyses autour d’un espace et d’un agent important de la vie culturelle urbaine. Comment certains centres s’imposent-ils comme villes régionales d’importance? À quoi cet essor est-il dû? Comment les journaux régionaux, comme Le
Franco-Canadien, se positionnent-ils comme relais et acteurs d’une vie culturelle urbaine en émergence? De façon plus large, que peut-on appréhender de la vie culturelle et des sociabilités en province au Québec? Que peut-on cerner de cette urbanisation qui se produit à une autre échelle que celle vécue à Montréal et, dans une moindre mesure, à Québec?
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
665,5 Ko
Affiche
346,2 Ko
 
27 mars 2015
Université Laval, Pavillon Gene H. Kruger, salle 2320
 
Mobilités, migrations et sociétés
Organisé par
Louis-Pierre Beaudry, David Autret, Charles Fleury et Danièle Bélanger

Inscription par courriel: colloque.migrations.2015@cieq.ulaval.ca 

Nous assistons depuis quelques années à un changement de paradigme des migrations internationales, autant dans les politiques publiques que dans les travaux académiques. Nous réalisons depuis peu que l’immigration unidirectionnelle traditionnellement étudiée est accompagnée de et parallèle à d’autres formes de migrations (temporaires, circulaires, de «retour», etc.). Devant de tels changements et la diversité des contextes migratoires, on est appelés à mieux comprendre les phénomènes décrits par le terme «migrations».
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
10-11-12 février 2015
Pavillon La Laurentienne, salles 1415, 1430 et 143, Université Laval, Québec
 
15e Colloque international étudiant du Département des sciences historiques de l’Université Laval (Artefact)
Organisé par
ARTEFACT

http://artefact.asso.ulaval.ca/le-colloque-etudiant-2/ 

Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
83,3 Ko
Cahier des résumés
7,5 Mo
Affiche
1,1 Mo
16-18 octobre 2014
67e Congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française
 
Pouvoir, politique et résistance
Organisé par
Donald Fyson, Brigitte Caulier, Johanne Daigle, Alain Laberge, Martin Pâquet, Christian Blais, Rénald Lessard et Jarrett Rudy

http://congresihaf2014.cieq.ca 

Le pouvoir est au cœur des rapports sociaux de toute collectivité et peut être analysé sous les angles les plus divers. L’édition 2014 du congrès se tient à Québec, haut lieu du pouvoir politique en Amérique française. Le comité organisateur propose de réfléchir collectivement et dans une perspective historique aux liens entre pouvoir, politique et résistance en Amérique française. Nous envisageons le concept de « politique » dans toute sa polysémie : de la politique dans sa définition classique (structures gouvernementales, institutions parlementaires, etc.) au politique dans son sens le plus étendu (de la gestion collective des sociétés et des rapports sociaux jusque dans les rapports privés). Le pouvoir politique n’est pas non plus univoque. Il se structure également autour de résistances et de remises en cause, autant que de continuités et de traditions.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
662,5 Ko
402,6 Ko
 
26 et 27 septembre 2014
Université d’Ottawa, Ottawa
 
Le catholicisme au Canada et les minorités nationales et ethniques: contributions & tensions (XIXe et XXe siècles)
Organisé par
E-Martin Meunier et Michel Bock

http://congresschec2014.cieq.ca 

L’histoire des liens tissés entre le catholicisme et les minorités nationales et ethniques témoigne assurément de la transformation de la place de l’Église dans la société d’ici, mais aussi de la façon de penser, à différents moments, les nations canadienne-française, québécoise et canadienne, de même que le rôle joué par le catholicisme dans la construction de ces dernières. Le but de ce colloque est de présenter en français diverses communications portant sur des cas-types ou monographies menant à une meilleure compréhension de la relation parfois positive, parfois tendue entre l’Église et les communautés nationales et ethniques. Le colloque présentera donc quatre volets: a) catholicisme et francophonie minoritaire; b) catholicisme et anglophonie minoritaire; c) catholicisme et populations autochtones au Canada; d) catholicisme et minorités ethnoculturelles.

Celles qu’on appelait hier les minorités françaises ont largement profité de la contribution de l’Église catholique au maintien et à l’édification de leurs communautés. Non seulement l’Église apporta avec elle de nouveaux effectifs religieux, elle aida aussi à la fondation de diverses institutions contribuant ainsi à une plus grande complétude institutionnelle (Breton 1964), seule capable de pallier l’absence d’un État dans un monde qui menace parfois la pérennité des minorités.

Celles qu’on appelait hier les minorités françaises ont largement profité de la contribution de l’Église catholique au maintien et à l’édification de leurs communautés. Non seulement l’Église apporta avec elle de nouveaux effectifs religieux, elle aida aussi à la fondation de diverses institutions contribuant ainsi à une plus grande complétude institutionnelle (Breton 1964), seule capable de pallier l’absence d’un État dans un monde qui menace parfois la pérennité des minorités. Aux XIXe et XXe siècles, l’Église favorisa la mise sur pied d’une série d’institutions de suppléance (hôpitaux, collèges, hospices, universités, associations de jeunesse, etc.) qui contribuèrent pour la plupart à protéger le fait français et catholique à l’extérieur du Québec. Sa contribution ne se fit cependant pas sans tension au sein de son propre clergé, divisé sur l’avenir de la francophonie en terre d’Amérique et sur les stratégies de conversion à entreprendre. Si l’on connaît bien l’épisode d’un Henri Bourassa au Congrès eucharistique international de Montréal, on commence à peine à mieux évaluer l’ampleur des conflits qui ont surgi dans cette foulée. Ne pensons qu’au Règlement XVII en Ontario et à la division de l’épiscopat catholique sur cette question.

De même, ce n’est pas sans tension que l’Église a su intervenir auprès de l’autre minorité nationale au Québec. La communauté irlandaise qui fut longtemps porteuse d’un catholicisme anglophone n’a pas toujours trouvé réconfort auprès de l’Église canadienne-française, même si cette dernière a su reconnaître, par la fondation de diverses institutions, sa spécificité et sa place. Si l’Église a grandement contribué à protéger, voire à édifier les communautés minoritaires nationales, elle a adopté, à l’inverse, une posture différente par rapport aux populations autochtones. Adjuvante d’une politique fédérale de contrôle et de surveillance des populations, et poussant d’un cran supplémentaire sa missiologie en fondant un nouveau type d’institution éducative (tout comme les Églises protestantes du reste), l’Église catholique participait ainsi à une vaste entreprise d’assimilation. Culminant aujourd’hui dans la Commission de vérité et réconciliation, le processus douloureux de remémoration peut aussi donner une meilleure connaissance de l’histoire des liens entre le catholicisme et les communautés autochtones aux XIXe et XXe siècles.

Pays d’immigration, le Canada a aussi accueilli des millions de nouveaux catholiques depuis les cinquante dernières années. Si ces derniers sont venus bien souvent grandir les rangs de paroisses en déclin, certaines communautés ont aussi cherché à faire pleinement reconnaître leur spécificité et à obtenir des institutions respectant leurs traits culturels distinctifs (langue, coutumes, etc.). Comment l’Église canadienne et québécoise a-t-elle pensé ces politiques d’insertion ? Selon la logique d’Église(s) nationale(s) ou selon celle d’une Église canadienne multiculturelle? Comment l’Église canadienne et québécoise a-t-elle pensé ses propres structures pour relever le défi de l’immigration?
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
421,1 Ko
2,7 Mo
 
14 mars 2014
Université de Sherbrooke, Agora du Carrefour de l’information (B1)
 
La recherche sur le régime seigneurial d’hier à demain
Organisé par
Michel Morissette, Benoît Grenier et Alex Tremblay
À la suite de multiples débats sur la nature même du régime seigneurial (a-t-il été bénéfique ou nocif dans l’histoire du Québec ?) ou encore sur le contexte et la forme de son abolition, l’histoire seigneuriale a connu, depuis les années 1990, un changement de paradigme. L’étude des relations seigneurs/censitaires et des pressions économiques féodales a, entre autres, cédé sa place à d'autres problématiques d’histoire rurale et sous diverses perspectives (histoire des femmes, des Amérindiens, histoire comparée, biographie, patrimoine, enjeux de mémoire…). Il y a dix ans, une journée d’étude avait lieu à l’Université Laval, en décembre 2004, pour souligner le 150e anniversaire de l’abolition de 1854 à l’instigation de Benoît Grenier et d’Alain Laberge. Depuis, les travaux et les angles d’approche semble s’être multipliés. L’étude du régime seigneurial est aujourd’hui plurielle. C’est en partie dans le but mieux connaitre cette diversité, et de montrer que ce champ historique vit un renouveau, que l’idée de faire un colloque sur le régime seigneurial a germée.

Ce désir initial a trouvé pour « prétexte » le 150
e anniversaire de la fin de la confection des cadastres seigneuriaux (le 16 mars 1864). De manière à indemniser les seigneurs, l’Acte pour l’abolition des droits et devoirs féodaux dans le Bas-Canada de 1854, a, entre autres, dicté la création de ces cadastres qui marqueront également la fin de cette tenure. Néanmoins, comme l’ont rappelé les récents travaux de Benoît Grenier, ce processus long et complexe n’a pas pour autant consacré la disparition de la propriété seigneuriale ni même des privilèges et encore moins de la mémoire seigneuriale. Un lien monétaire se maintiendra entre les anciens seigneurs et les anciens censitaires jusqu’en 1940. Qui plus est, une taxe « seigneuriale » continuera d’être payée par les ex-censitaires dans plusieurs municipalités québécoises jusqu’en 1970. Sur le plan mémoriel, les exemples des réminiscences seigneuriales sont nombreux : ici un banc seigneurial qui sert toujours, là des descendants de seigneurs encore qualifiés de « seigneur » ou de « seigneuresse ». Ce colloque s’inscrit donc dans la foulée des travaux sur les persistances seigneuriales menés par le professeur Grenier et son équipe depuis quelques années au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke.

La volonté de donner une voix aux jeunes chercheurs et de créer des liens entre les départements d’histoire des différentes universités québécoises a guidé les choix du comité scientifique dans l’organisation de cette journée d’étude qui s’est mutée en colloque considérant la qualité et la quantité des propositions reçues (parmi lesquelles un choix très difficile a dû être opéré). La précieuse collaboration d’Alex Tremblay dans l’élaboration de cette journée montre toute la richesse de tels échanges interuniversitaires. La programmation reflète aussi ces préoccupations. On retrouve effectivement des représentants de tous les cycles en provenance de six universités québécoises, en plus de professeurs établis et de chercheurs autonomes. Ce colloque vise, en somme, à réunir le plus de chercheurs possible et à contribuer à l’avancement de la recherche sur le régime seigneurial, notamment en intéressant les étudiants à cette question incontournable de l’historiographie québécoise.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
1,2 Mo
Programme
8,8 Mo
 
4-5-6 février 2014
1415, 1430, 1435 et 2415, Pavillon La Laurentienne, salles 1430 et 1435, Université Laval, Québec
 
14e Colloque international étudiant du Département des sciences historiques de l’Université Laval (Artefact)
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval
Le 4 février à 18 h

Conférence  d’honneur : Une histoire post-capitaliste est-elle possible ?

Jérôme Baschet
, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales et également à l’Universidad Autónoma de Chiapas, à San Cristóbal de Las Casastitulaire

Lieu : Auditorium Jean-Paul-Tardif (salle 1334), Pavillon La Laurentienne, Université Laval

Suivi à 19 h 45 d’un vin d’honneur et du lancement des Actes du 13e colloque
Lieu : Hall du pavillon La Laurentienne, Université Laval

Le 5 février à 19 h

Table ronde : La commémoration : outil de mémoire ou instrument politique ?

La commémoration se déploie sous diverses facettes dans la sphère publique. Présentée par certains comme un marqueur d’identité, d’autres y voient l’instrumentalisation d’une vision particulière de l’histoire. À l’occasion de cette table ronde transdisciplinaire, Artefact vous invite à réfléchir sur les espaces et les usages de la commémoration, entre outil de mémoire et instrument politique.

Participants :

Patrice Groulx, chargé de cours, directeur associé du Baccalauréat intégré en sciences historiques et patrimoniales (BISHEP), Université Laval

Jocelyn Létourneau, professeur, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et économie politique du Québec contemporain, Université Laval

Annette Viel, muséologue

Lieu : Auditorium Jean-Paul-Tardif (salle 1334), Pavillon La Laurentienne, Université Laval
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
106,8 Ko
Formulaire d'inscription
85,0 Ko
Programme
11,8 Mo
Affiche
604,0 Ko
  
10-12 octobre 2013
Rimouski, Université du Québec à Rimouski
 
Objets d’histoire
Organisé par
Karine Hébert, Julien Goyette, Nicolas Beaudry, Renaud Pagniez, Donald Fyson, Jean-René Thuot, Claude La Charité et Dominique Morin

 

Quels sont les objets possibles en histoire de l’Amérique française ? Lesquels sont « en usage », lesquels ont été « jetés », « remisés » ou encore « recyclés » ? « Objets d’histoire », le thème retenu pour l’édition 2013 du Congrès de l’Institut de l’Amérique française, ouvre sur deux perspectives à la fois distinctes et convergentes. La première renvoie aux processus d’objectivation, aux réalités tangibles et intangibles que les historiens érigent en objets d’histoire (faits, événements, phénomènes, vies, structures, etc.). La seconde permet d’interroger l’histoire dans sa matérialité, de réfléchir à la place de l’objet, dans son acception première, au sein de la pratique historienne. Sur ces deux versants, ce questionnement invite à l’ouverture et convie les praticiens d’autres disciplines à répondre, avec les historiens, aux interrogations suivantes : comment s’approprier les différents objets historiques ? Quels regards poser sur eux ?
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
931,7 Ko
764,8 Ko
 
27 et 28 septembre 2013
Centre Missionnaire Mariannhill, Sherbrooke
 
Les transferts culturels dans le monde catholique. circulation des idées, contacts interculturels & transformation des pratiques institutionnelles
Organisé par
Maurice Demers, Louise Bienvenue, Catherine Foisy, David Koussens et Mukanya Kaninda-Muana

 

Le concept de « transfert culturel », tel que développé par Michel Espagne et Michael Werner à la fin des années 1980, a permis à plusieurs chercheurs en études littéraires, d'abord, mais aussi en histoire et en sciences sociales de reconsidérer les liens unissant les peuples et les échanges résultant de leurs mises en relations. Cette approche se révèle particulièrement pertinente pour l'étude de l'histoire de l'Église catholique, car les échanges entre aires culturelles distinctes ont de tout temps marqué l'évolution du catholicisme. En s'attardant aux circulations, aux emprunts et aux hybridations entre deux ou plusieurs aires culturelles, la réflexion des chercheurs travaillant sur l'histoire de l'Église catholique au Canada dans sa dimension transnationale s'en trouve dynamisée. Car, il faut le dire, la notion de transfert culturel sous-tend bel et bien une forme d'ouverture au monde qui répond, toutefois, à des besoins particuliers et qui s'inscrit, la plupart du temps, dans des rapports de pouvoir inégaux. Ainsi, avant d'être mis en discours et intégrés par la culture qui les reçoit, les contenus de ces transferts sont modelés par des passeurs culturels agissant dans un contexte particulier.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
809,5 Ko
  
26-31 août 2013
Québec, Sackville et Grand-Pré
 
Regards croisés sur les zones humides nord-américaines et européennes
Organisé par
Matthew G. Hatvany
Les discours traditionnels dépeignent les Hommes comme perturbateurs des milieux humides. Toutefois, cette généralisation a subi une révision considérable car de nouvelles recherches démontrent des relations Homme-zones humides tant spatiales que temporelles complexes. Il devient évident que les peuples autochtones, les Européens, les Nord-Américains et les Occidentaux postindustriels ont perçu et interagi avec les zones humides par des nombreuses actions durables et/ou non-durables. Cette conférence internationale bilingue en français et en anglais a pour but de comparer et d'explorer les points communs et différences dans les perceptions européennes et nord-américaines des zones humides à travers leurs histoires socioéconomiques, l'évolution des connaissances, et la gestion sociale, politique, économique et technologique de ces paysages uniques.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
22-23 mai 2013
Université Rennes 2, France
 
Guerres, crises et cataclysmes : traumatismes et réponses. Regards croisés : Canada-Québec/France
Organisé par
Marc Bergère, Yvan Rousseau, Donald Fyson, France Normand, Claude Bellavance, Thierry Nootens et Sylvie Taschereau
Le séminaire se penche sur les événements à forte charge « traumatique » – comme les guerres, les grandes inondations, les crises sociales et les incendies majeurs – vécus par les collectivités locales et élargies en France, au Québec et au Canada. Il invite à en souligner les dimensions sociales, culturelles, politiques et économiques et à envisager les multiples réponses apportées par les populations concernées. Dans une perspective comparatiste, il s’agit ici de penser le poids d’un même événement traumatique ou, à défaut, d’un même type d’événement traumatique sur les sociétés situées de part et d’autre de l’Atlantique, pour se concentrer sur la nature des traumatismes engendrés par les événements concernés et/ou les réponses apportées à ces derniers. Ces impacts sur la vie des collectivités peuvent être analysés à différentes échelles (organisation de la société, environnement, vie quotidienne, cultures politiques, rapports de genre, opinions et représentations, gestion des traumatismes physiques ou psychologiques, régulations sociales, phénomènes mémoriels, etc.). Ils peuvent être également envisagés de manière comparée ou via une lecture croisée, selon une approche plus relationnelle qui pose les questions des influences réciproques entre les différents espaces ou sociétés.

Ce séminaire organisé conjointement par le CIEQ et le CERHIO se déroule en deux séances. Le programme présenté ici concerne la dernière de ces deux séances.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affichette
87,5 Ko
  
8-9 mai 2013
Québec, Université Laval
 
Les populations à travers l’espace
Organisé par
Lisa Y. Dillon et Donald Fyson

http://www.acfas.ca/evenements/congres 

Démographes, est plus récemment devenu un thème fondamental, le fruit des avancées intellectuelles et méthodologiques des années récentes. La démographie spatiale focalise surtout sur la différentiation des comportements démographiques à travers l’espace; nous considérons les distinctions spatiales importantes à des échelles diverses, au niveau des municipalités, des régions ou des pays. Les distinctions géographiques sont un élément clé non seulement des champs démographiques « classiques » comme la fécondité et la mortalité, mais aussi des champs interdisciplinaires comme la population et l’environnement ou l’urbanisation. 
Le sujet de notre colloque sera donc « Les populations à travers l’espace » et nous accueillerons les communications qui incluent un ou plusieurs des éléments suivants:  * Les comparaisons à travers l’espace, à échelles géographiques diverses; * L’espace comme facteur dynamique qui opérationalise les caractéristiques physiques comme variables indépendantes : comment les aspects du terrain (comme la proximité des routes de transport, la qualité de la terre ou les zones de climat) ont influencé l’évolution démographique des populations; * Les populations résidant dans les milieux urbains, semi-urbains ou ruraux, ou aux « frontières » (fronts pionniers, frontières politiques ou naturelles); * Les fluctuations géographiques de la fécondité, des mouvements migratoires, de la mortalité et de la longévité, des structures familiales, des conditions de santé, etc.; * L’utilisation des systèmes d’informations géographiques (SIG); * Les analyses portant sur les populations présentes (démographie conjoncturelle) ou passées (démographie historique); * Les comparaisons des politiques de population ou de la collecte des données à travers l’espace; * Les présentations sur les populations autres que québécoise ou canadienne.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
318,7 Ko
Affiche
191,3 Ko
 
20 mars 2013
Québec, Université Laval
 
Diffuser ses travaux pour les nuls
Organisé par
Le CELAT
Photo de l'individu ou de l'événement
1,5 Mo
  
12 février 2013
Pavillon La Laurentienne, Université Laval, Québec
 
13e Colloque international étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval (Artefact)
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
300,3 Ko
Programme long
2,5 Mo
Affiche
647,0 Ko
Appel à communications
1,1 Mo
  
25-26 octobre 2012
Centre d'interprétation de la Place royale, Salle du Roy, Québec
 
Dire la diversité culturelle du Québec à travers le temps et l'espace
Organisé par
Le Musée de la civilisation et le Centre interuniversitaire d’études québécoises
S’inscrivant dans une perspective historique, cet atelier de recherche vise à faire le point sur la question de la diversité culturelle dans une perspective surtout diachronique et géographique. Comment « lire » et surtout « dire » la diversité culturelle du Québec, à travers le temps et l’espace ? Ou autrement dit, comment l’appréhender dans la longue durée et en rendre compte dans toute sa complexité et profondeur historique ? C’est à partir de ces interrogations de départ que des chercheurs de divers horizons disciplinaires et des muséologues seront invités à échanger durant les deux journées que durera cet atelier.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à propositions
90,4 Ko
Affiche
2,2 Mo
programme
3,5 Mo
18-20 octobre 2012
Sherbrooke
 
L’individu face à l’histoire: Hommes et Femmes de l’Amérique française
Organisé par
Harold Bérubé et Benoît Grenier

http://congresihaf2012.cieq.ca 

Trente ou quarante ans après le retour de l’individu comme objet historique, il est temps de dresser un bilan et de se questionner sur la place de l’acteur individuel comme moteur de l’histoire. Au gré des courants historiographiques, l’individu a été vu comme objet passif ou, au contraire, comme agent de l’histoire. Comment s’exprime, en différentes époques, la singularité des parcours individuels et comment ceux-ci orientent-ils les enjeux collectifs? Les femmes et les hommes qui ont façonné l’histoire de l’Amérique française sont tantôt célèbres et tantôt méconnus. Entre la marginalité et la célébrité qui donnent souvent lieu à la création d’archives, se déploie une masse d’inconnus et d’oubliés de l’histoire. Le thème de l’individu face à l’histoire appelle aussi à une réflexion sur les pratiques historiennes et les jeux d’échelles, notamment par les travaux de nature biographique et prosopographique. L’individu est à la fois l’acteur unique de la microhistoire et l’objet anonyme des études quantitatives, des analyses structurelles ou des perspectives de longue durée. À une période où l’on se questionne sur l’état de l’histoire sociale et où l’on voit, par ailleurs, croître l’intérêt pour les phénomènes identitaires, ces réflexions pourront sans doute alimenter le débat. Nous soumettons, de manière non exclusive, les thématiques suivantes à votre attention.

- Sexes et genre
- Individu et famille
- Individu et institution
- Héros ou marginaux
- Ambition, pouvoir, résistance
- L’individu dans les espaces privés et publics
- L’individu sous la lorgnette des sciences
- Sources privées et écriture de l’histoire
- Pratiques de l’histoire des individus
- L’historien et l’état de la recherche : recherche individuelle ou d’équipe
- Historiennes et historiens de l’Amérique française

Le comité organisateur du Congrès vous invite à soumettre des propositions de communication ou de séance. La date de clôture des soumissions est fixée au 31 mars 2012. Prière d’expédier toute proposition (qui comprendra un titre, un synopsis d’une quinzaine de lignes et une notice biographique de 10 lignes maximum précisant: affiliation, diplôme obtenu, principales réalisations), par courriel, à :

Harold Bérubé et Benoît Grenier
Département d'histoire
Université de Sherbrooke
ihaf2012@usherbrooke.ca
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
650,2 Ko
programme
2,6 Mo
 
11-12 octobre 2012
Trois-Rivières
 
Guerres, crises et cataclysmes : traumatismes et réponses. Regards croisés : Canada-Québec/France, Rennes
Organisé par
Yvan Rousseau, Donald Fyson, Marc Bergère, Claude Bellavance, France Normand et Diane Saint-Laurent
Le séminaire se penche sur les événements à forte charge « traumatique » – comme les guerres, les grandes inondations, les crises sociales et les incendies majeurs – vécus par les collectivités locales et élargies en France, au Québec et au Canada. Il invite à en souligner les dimensions sociales, culturelles, politiques et économiques et à envisager les multiples réponses apportées par les populations concernées. Dans une perspective comparatiste, il s’agit ici de penser le poids d’un même événement traumatique ou, à défaut, d’un même type d’événement traumatique sur les sociétés situées de part et d’autre de l’Atlantique, pour se concentrer sur la nature des traumatismes engendrés par les événements concernés et/ou les réponses apportées à ces derniers. Ces impacts sur la vie des collectivités peuvent être analysés à différentes échelles (organisation de la société, environnement, vie quotidienne, cultures politiques, rapports de genre, opinions et représentations, gestion des traumatismes physiques ou psychologiques, régulations sociales, phénomènes mémoriels, etc.). Ils peuvent être également envisagés de manière comparée ou via une lecture croisée, selon une approche plus relationnelle qui pose les questions des influences réciproques entre les différents espaces ou sociétés.
Ce séminaire organisé conjointement par le CIEQ et le CERHIO se déroule en deux séances. Le programme présenté ici concerne la première de ces deux séances. Une autre suivra au printemps prochain en France.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
1,0 octets
Affiche
1,1 Mo
Programme
2,3 Mo
28-29 septembre 2012
Rimouski
 
Institutions, changements et transitions
Organisé par
Jean-René Thuot

http://congresschec2012.cieq.ca 

Tout au long de son parcours en terre canadienne, l’Église catholique a assuré sa présence à travers différentes structures. Des évêchés aux fabriques, en passant par les paroisses, les congrégations, les coopératives, les syndicats, les associations ou les organismes de toutes sortes, l’Église laisse son empreinte sur les différentes sphères d’activités de la société. Au fil des époques, en fonction des contextes, ces structures institutionnelles et ceux qui les animent subissent des changements et doivent en conséquence procéder à des ajustements pour continuer (ou cesser) de remplir leur rôle. Derrière ces transformations se trament quelquefois des transitions plus fondamentales, qui touchent les valeurs, les intérêts et les orientations fondamentales de l’Église. Qui sont les principaux artisans de ces transitions? Comment les différentes composantes institutionnelles interagissent-elles au cours de ces processus? Et jusqu’à quel point les acteurs sociaux laïques incarnent-ils les idéaux préconisés par l’Église ou souhaitent-ils s’y associer? Au bout du compte, dans quelle mesure les structures et les acteurs concernés par ces changements et transitions sont-ils instrumentalisés dans le champ politique, voire économique? Des structures institutionnelles religieuses qui évoluent, qui subissent des électrochocs, qui s’adaptent ou qui disparaissent : voilà ce que nous proposons d’explorer pour le congrès 2012.

En fonction de cette orientation, nous accueillons toutes les propositions pouvant faire état de la naissance, de l’évolution ou de la disparition de ces structures ou organismes, ou encore du rôle rempli par certains acteurs dans ces processus de crise ou d’adaptation.

Le comité sera également heureux d’accueillir des propositions de communications hors thème.

Veuillez soumettre votre proposition avant le 15 mars 2012 à Jean-René Thuot à l’adresse suivante : jean-rené_thuot@uqar.qc.ca
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
601,8 Ko
Programme
2,5 Mo
 
23-25 mai 2012
Université Laval
 
Enseigner les religions. Regards et apports de l'histoire
Organisé par
Brigitte Caulier en collaboration avec l'institut supérieur de pastorale catéchétique de Paris et le Centre international Lumen Vitae de Bruxelles

Site officiel du colloque 

Ce colloque international se veut un moment de réflexion sur la place de l'histoire dans les recherches portant sur les modalités de la transmission des valeurs religieuses, des croyances et des pratiques. Il accueille les monographies, les réflexions historiographiques et les lectures interdisciplinaires sans restrictions géographiques ni religieuses.
Dans le domaine, la recherche historienne a emprunté les avenues de l'histoire du livre, de l'histoire socioreligieuse et de l'éducation pour aborder la formation religieuse des populations à convertir ou à maintenir dans la religion, et les enjeux identitaires qu'elle sous-tend. Les législations de l'enseignement religieux, les catéchismes et leur iconographie, la formation des maîtres et du clergé servent de point d'ancrage aux recherches. Au fil des années, on a analysé le passage de l'oral à l'écrit, les méthodes d'enseignements, la réforme des catéchismes et des manuels, les crises suscitées par les réformes, le rapport de la norme à la pratique, l'affirmation des autorités et leurs rivalités, la confessionnalité scolaire.
Au cœur des débats actuels sur la place des religions dans l'éducation, la tolérance, le dialogue interreligieux, les chercheurs s'intéressent à l'apport de l'histoire dans la formation des intervenants et enseignants, dans l'élaboration des contenus, la recherche fondamentale et l'enseignement universitaire. Ils poursuivent le dialogue avec les sciences sociales, religieuses et la théologie.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
2,6 Mo
Affiche
1,5 Mo
 
27-28 avril 2012
Atrium, 1456 et 1466, Pavillon Charles-De-Koninck, Université Laval, Québec
 
Colloque étudiant féministe
Organisé par
La Chaire Claire-Bonenfant - Femmes, savoir et société

http://www.etudesfeministes.fss.ulaval.ca/ChaireClaire-Bonenfant/index.php?pid=816&n=331 

Photo de l'individu ou de l'événement
835,7 Ko
 
13 avril 2012
Montréal
 
370 ans de gouvernance montréalaise
Organisé par
Donald Fyson, Harold Bérubé et Léon Robichaud

http://370ansdegouvernancemontrealaise.cieq.ca/ 

Au-delà des manchettes de l'actualité, qu'est-ce qui caractérise la gouvernance montrélaise? Comment a-t-elle évolué sur la longue durée? Quel est l'état actuel des connaissances?
En ce 370e anniversaire de la fondation de Montréal, des experts de l'histoire, de la politique et de l'urbanisme montréalais se réuniront le 13 avril prochain dans le cadre d'une journée d'étude sur la gouvernance.
Pour assister à cet événement, veuillez vous inscrire en complétant le formulaire d'inscription à expédier par la poste accompagné d'un chèque au montant de 40 $ afin de défrayer le coût des repas de la journée. Les inscriptions doivent nous parvenir avant le 7 avril 2012. Les places sont limitées et les inscriptions seront faites dans l'ordre où elles seront reçues.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
affiche
Programme
 
7-9 février 2012
1415, 1430, 1435 et 2415, Pavillon La Laurentienne, Université Laval, Québec
 
12e Colloque international étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval (Artefact)
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval

Artefact 

Photo de l'individu ou de l'événement
Appel de communication
129,2 Ko
Affiche
5,3 Mo
Programme
5,3 Mo
20-22 octobre 2011
Trois-Rivières
 
L'argent
Organisé par
Lucia Ferretti en collaboration avec d'autres membres du Centre interuniversitaire d’études québécoises

Site officiel du 64e congrès de l'IHAF 

Incarnation des inégalités sociales, donnée centrale du fonctionnement des institutions, de la condition des individus et de leurs rapports sociaux, l’argent a marqué lourdement l’expérience des acteurs du passé; et cela tant par sa possession, par son manque que par ses procédés de fructification. Paradoxalement, il est pourtant assez rarement le personnage central de nos recherches. Nous voudrions, lors de ce Congrès, le placer au coeur même de la réflexion, en nous donnant l’occasion de considérer nos objets habituels d’investigation sous l’angle plus précis de leurs rapports avec l’argent.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
1,4 Mo
  
30 septembre 2011
Pavillon Charles-De Koninck, Université Laval, Québec
 
Quels rôles pour l'historien dans la Cité?
Organisé par
Olivier Côté

 

Conférence d’ouverture d’Éric Bédard intitulée:

« 
L’histoire comme recours aux sources »

Présentateur :
Olivier Côté

Table-ronde « 
Historiens universitaires et historiens communautaires : dialogues et liens à cultiver ? »

Joanne Burgess, professeure, Département d’histoire, UQAM
Marie-Ève Ouellet, directrice générale, Services historiques Six-Associés
Frédéric Lemieux, historien, Assemblée nationale du Québec
Stéphanie Lanthier, documentariste

Conférence de fermeture d’Y
van Lamonde intitulée:

« 
Discours de réouvertures »

Pour plus d’informations http://histoireengagee.ca/evenements/colloques/
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
353,7 Ko
Programme
3,1 Mo
 
23-24 septembre 2011
Musée de la civilisation, Québec
 
Par-delà les pierres. Le patrimoine matériel et immatériel des communautés religieuses
Organisé par
Le Musée de la civilisation, le Laboratoire d'histoire et de patrimoine de Montréal, le Conseil du patrimoine religieux du Québec et le Centre interuniversitaire d’études québécoises

http://congresschec2011.cieq.ca 

Les objets, les œuvres d'art, les collections, les fonds d'archives et les bibliothèques appartenant aux communautés religieuses québécoises révèlent non seulement l'histoire religieuse, mais aussi l'histoire sociale, culturelle, politique, économique et intellectuelle de la province.
Or, à l'heure où certaines communautés religieuses « cassent maison », il devient important de réfléchir au sort réservé à leur patrimoine. Celui-ci peut-il faire l'objet d'une réflexion collective et globalisante afin d'en assurer la conservation, d'en garder intacte la cohérence et d'éviter la perte de sens lié au fractionnement des fonds et des collections ?
C'est pour réfléchir plus spécifiquement aux enjeux posés par ce patrimoine situé « par-delà les pierres » (mobilier, archivistique, documentaire, immatériel) que nous convions chercheurs et professionnels à un congrès qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2011 au Musée de la civilisation à Québec.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
10 septembre 2011
Pavillon Pollack-Desjardins, Université Laval, Québec
 
D'hier à demain : vers de nouvelles origines
Organisé par
La Société de généalogie de Québec et le Centre interuniversitaire d’études québécoises

http://www.sgq.qc.ca/ 

Photo de l'individu ou de l'événement
  
1-3 février 2011
Université Laval, Québec
 
11e Colloque international étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval (Artefact)
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval

Artefact 

Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
233,7 Ko
  
4-6 novembre 2010
Musée de la civilisation, Québec
 
Migrations. Perspectives scientifiques et médiations muséales
Organisé par
Le Musée de la civilisation, le Centre de recherche en civilisation canadienne-française et le Centre interuniversitaire d’études québécoises

http://mcq.org/migrations/ 

Le colloque veut réfléchir à la façon dont les musées s'approprient le thème de l'histoire des migrations des francophones ou en milieu francophone et à la manière de mettre ce thème en exposition. Il s'agira de dresser l'état actuel de la recherche en enrichissant les échanges avec des comparaisons avec d'autres communautés culturelles et de réfléchir aux rapports entre les musées et les milieux scientifiques.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
248,7 Ko
Programme
917,7 Ko
 
7 mai 2010
Hôtel Gouverneur, Trois-Rivières
 
Les figures du pouvoir à travers le temps : formes, pratiques et intérêts des groupes élitaires au Québec, XVIIe-XXe siècles
Organisé par
Thierry Nootens, Christian Dessureault, Léon Robichaud et Jean-René Thuot
L’étude des élites au Québec a véritablement démarré avec le débat entourant les conséquences de la Conquête : la présence ou non d’une bourgeoisie d’affaires et le leadership dans la société canadienne-française étaient alors en cause. La thèse de la « décapitation sociale » a notamment contribué à polariser les débats pendant plusieurs années. Par la suite, l’analyse du phénomène élitaire a suivi le mouvement de l’histoire quantitative, par des études plus systématiques des groupes élitaires et de leurs caractéristiques communes, en vertu de l’approche prosopographique. La question de l’exercice du pouvoir et de la domination au sein de communautés était alors centrale. Les travaux plus récents, quant à eux, se penchent sur le rapport entre institutions et groupes dominants, de même que sur les pratiques culturelles de ces derniers. À l’heure de l’éclatement des recherches historiques en de multiples objets, de la relégation à l’arrière-plan des structures sociales, la recherche sur les élites conserve toute sa pertinence. Elle doit pour cela renouveler ses perspectives et tenir compte de multiples jeux d’échelles, tout en interpellant l’évolution de la formation sociale québécoise dans son ensemble et les différents rapports de pouvoir, qui l’ont traversée. Elle ne peut non plus ignorer les grandes transitions et ruptures politiques, économiques, idéologiques et culturelles vécues depuis l’époque de la Nouvelle-France. En somme, comment les liens sociaux permettant la domination se sont-ils reproduits et transformés dans l’espace historique québécois ?
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
19-20 avril 2010
Université libre de Bruxelles, Belgique
 
Les élites dans la ville : groupes sociaux et (re)composition urbaine XVIIIe-XXe siècles
Organisé par
L’Action de Recherche Concertée (ARC) et le Centre d'Études Nord-Américaines (CENA)
Le programme du colloque abordait quatre volets successifs : les acteurs de la (re)composition urbaine ; les projets résidentiels pour et par les élites ; les structures socio-spatiales ; la (re)composition de l’espace par les usages.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
  
2-4 février 2010
Université Laval, Québec
 
10e Colloque du Département d'histoire de l'Université Laval
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval

Artefact 

Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
1,8 Mo
  
15-17 octobre 2009
Hôtel Gouverneur Place Dupuis, Montréal
 
Québec / Amériques
Organisé par
Peter Gossage et Ollivier Hubert

IHAF 

Ces dernières années, bien des travaux ont privilégié l’espace supranational ou la comparaison transnationale. Lors du congrès de 2009, l’hémisphère américain et les regards croisés seront à l’honneur. Voici quelques questions qui pourraient guider les réflexions, en espérant qu’elles inciteront les participant(e)s à allonger la liste :

- Quelles lumières la comparaison avec d’autres sociétés peut-elle jeter sur la modernité au/du Québec?
- Comment penser l’Amérique française (quelle que soit l’acception qu’on retient de ce terme ambigu) à la lumière des autres Amériques imaginables, fruits de migrations transatlantiques mais aussi de celles, fondatrices, des Premières Nations?
- Comment se déploient (et s’interprètent) les différents colonialismes, exercés
depuis l’Europe mais aussi à l’intérieur des Amériques, voire de l’Amérique française?

De nature démographique, économique, culturelle ou idéologique, bien des échanges, circulations et transferts impliquant l’autre et l’ailleurs américain ont marqué l’histoire des Québécois(e)s et des autres francophones de l’hémisphère. Une invitation est donc lancée: enjambons les frontières!

Le comité d’organisation du congrès invite à soumettre des propositions de communication ou de séance sur la thématique principale ou les sous-thèmes de l’événement. Les propositions hors-thème seront également considérées. Le comité se garde le droit d’aménager ou de restructurer les
séances en fonction de la cohérence générale du congrès.

La date de clôture des soumissions est fixée au 31 mars 2009. Prière d’expédier toute proposition (qui comprendra un titre, un synopsis de trois paragraphes et un c.v. d’une page), par courrier ou courriel, à :
Thomas Wien
Département d’histoire
Université de Montréal
C.P. 6128 - Succ. Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3J7
(thomas.wien@umontreal.ca)
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
86,2 Ko
Affiche
459,5 Ko
 
24-26 septembre 2009
Trois-Rivières et Shawinigan
 
L’industrialisation des rivières : perspectives comparées / The Industrialization of Rivers in Comparative Perspective
Organisé par
Stéphane Castonguay
L’Industrialisation des Rivieres: perspectives comparées / The Industrialization of Rivers in Comparative Perspective Conference brought together 20 scholars interested in the multiple processes of waterways transformations and human interaction with fluvial environments to a workshop meeting in Montréal, Trois-Rivières and Shawinigan, Québec, in late September, 2009. The organizer, Stéphane Castonguay of the Universite de Québec à Trois Rivières, with the assistance of Matthew Evenden of the University of British Columbia (both co-leaders of the Canadian Water History Project, NiCHE Projet sur l’histoire de l’eau au Canada), invited an international group of participants to reflect on three basic historical issues relating to the modern manipulation and management of rivers: Connections between the City and its Hinterlands, Modifications of Urban Space and Relationships with Nature.

The papers presented at the workshop pointed to the topical and analytical breadth of research on the industrialization of rivers, a concept originally advanced by Swedish historian Eva Jakobsson to underline the transformative outcomes of human social, economic and ecological interactions with rivers. The unconventional format, which allowed participants to comment directly on co-panelists’ work, encouraged critical engagement with the central analytical questions of scale, environmental conflict and the politics of nature. While most of the work was regional or national in scale, participants were encouraged to reflect on comparative possibilities in their own work and in the commentaries on others’ work in the hopes that transnational similarities and points of tension would emerge.

Day One
The conference began with a session on the planning and development of networks that emerged as cities expanded and began to dominate the fluvial ecology of surrounding areas. Major regional cities attempted to regulate rivers to match their own changing metabolisms and, as a result, the new hydrologic regimes that were created out of planning and industrial development were both cultural and natural. Smaller regional centres and rural areas were often at the mercy of larger market forces and the bureaucratic muscle of key cities. Often, these socioeconomic factors conspired to foist an unequal burden of pollution onto adjacent areas while hindering access to water and its urban infrastructure. The second session focused on the sociotechnical regimes of management in Paris, Montreal and Brussels. While dealing with different periods, the participants all sought to analyse the metropolitan-hinterland dynamics that emerged out of the industrialization of tributary rivers with the watershed of, and for the benefit of, major cities.

Day Two
The first session of the day extended the conversation on metabolisms and urban-river networks. Participants looked at the changing articulations of the Seine in Paris and the Danube in Vienna with a keen eye to riparian land use planning as a significant driver in the spatial and industrial growth of cities. The second session brought questions of scale to the forefront, while challenging some of the accepted orthodoxies of river history as originally forwarded by Richard White in The Organic Machine. Contributors unpacked the construction of the watershed as a unit of analysis, and perhaps more fundamentally, problematized the notion of the watershed as a unit of scientific practice. The third session dealt directly with the multiple conflicts that emerge out of attempts to develop rivers. Participants tackled the problems of conflicts from disparate directions: within the salvage archaeology discourse; within the political and diplomatic manoeuvring in a transboundary river region; and through the complex intersections of environmental, corporate and indigenous rights-based logics.

Day Three
The first session focused on nature and its perceived degradation in industrializing contexts. Research on the wetlands of the St. Lawrence argued against scientific convention to show how writing about the nature of and risks to the wetlands had undergone a profound paradigm shift in concert with a changing social/environmental consciousness in the late 1970s and early 1980s. Research on the Ohio River focused on the rhetorical power of the scientific discourse of risk and hazards. The enabling power of industrialization in the realm of disaster history was analysed through the prism of uncertainty and vulnerability to show how that understanding shaped assessment and management. The conference wrapped up with a session designed to synthesize common themes, encourage further reflections in problematic analytical areas and push contributions in profitable new directions. Among the more vital of the many incisive points raised, the two commentators asked contributors to pay more attention to spatial scale, to reflect on the different conditions of property ownership, to anticipate the possible comparative dimensions in their work and to consider the moral tone embedded in the stories they are telling.

Participants also engaged in two field trips. On Day Two in Shawinigan, the group spent the latter portion of the afternoon at the Cité de l'énergie Museum, a sprawling, popular facility designed as a catalyst for the region’s revitalizing economy and a talisman for the fading energy- and manufacturing-based economy of the last century. The final afternoon found the group on the south shore of the St. Lawrence en route to Lac Saint Pierre where we met Historical Geographer Rodolphe de Koninck, who spoke about his long interest in the confluence between the geomorphology of the area and its socioeconomic history. A ferry trip and drive through the islands prompted reflections on the long social and environmental history of the region as it changed from an agricultural to a tourism-based economy.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
57,7 Ko
Programme
102,2 Ko
 
25-26 septembre 2009
Centre d’archives de Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Montréal
 
Le livre et l'imprimé religieux
Organisé par
La Société canadienne d'histoire de l'Église catholique et le Centre interuniversitaire d’études québécoises
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
446,6 Ko
  
17-18-25 septembre 2009
Trois-Rivières, 17-18 septembre, et Québec, 25 septembre
 
Duplessis, son milieu, son époque
Organisé par
Lucia Ferretti

http://duplessis.cieq.ca/ 

Les historiens feront plus tard le partage du bon grain et de l'ivraie, s'efforceront de trouver ce qui, de l'actif ou du passif, a prévalu dans l’œuvre de Duplessis. Car c'est la fonction des historiens de dégager les traits prédominants d'un homme ou d'une époque, en laissant tomber ou en replaçant là où ils doivent être les éléments purement accessoires. Le décantage de l'histoire sera-t-il favorable à Maurice Duplessis? C'est possible; mais attendons pour le savoir qu'elle se soit prononcée.
Gérard Filion, Le Devoir, 21 novembre 1959, p. 4.
(Merci à Gilles Gallichan d’avoir repéré cette citation)

Le 7 septembre 1959, Maurice Duplessis mourait dans l’exercice de ses fonctions. Il était le député de Trois-Rivières sans interruption depuis 1927, avait exercé une première fois le pouvoir comme chef du gouvernement de l’Union nationale entre 1936 et 1939 et, au moment de sa mort, il était le premier ministre du Québec depuis 1944.
Le colloque constituera un forum d’échanges entre spécialistes de divers horizons disciplinaires et sera l’occasion de relancer la réflexion et la recherche sur ce personnage marquant et controversé de l’histoire du Québec au XXe siècle.
VEUILLEZ NOTER QUE LA CONFÉRENCE DU SÉNATEUR ET COMÉDIEN JEAN LAPOINTE,
LE JEUDI 17 SEPTEMBRE, SERA OUVERTE AU GRAND PUBLIC.
Bienvenue!
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
1,1 Mo
Appel à communication
84,1 Ko
 
20-22 mai 2009
Hôtel Delta, Sherbrooke
 
Femmes, culture et pouvoir : relectures de l’histoire au féminin
Organisé par
L’Université Laurentienne, l’Université Laval, le Centre interuniversitaire d’études québécoises et Benoît Grenier

http://www.pages.usherbrooke.ca/colloquefemmes2009/ 

Le colloque international et multidisciplinaire Femmes, culture et pouvoir : relectures de l’histoire au féminin aura lieu à l'Hôtel Delta de Sherbrooke (Québec), les 20, 21 et 22 mai 2009.
Il sera sous la présidence d’honneur de Mme Micheline Dumont, professeure émérite de l’Université de Sherbrooke et membre de la Société Royale du Canada.
La question du pouvoir féminin est sans doute aussi ancienne que les relations entre les hommes et les femmes. La construction sociale de ce pouvoir est fragile, sujette à de nombreuses remises en question et suscite encore de multiples résistances, aussi bien dans les mondes occidentaux que non occidentaux. Le colloque contribuera à une relecture de l’expression du pouvoir féminin dans divers contextes culturels, historiques ou contemporains. L’événement réunira près d’une centaine de participantes et participants provenant d’Europe, d’Afrique et des Amériques.
Le colloque constituera un forum d’échange entre des spécialistes de divers horizons (histoire, études littéraires, communication, politique, sociologie, etc.) afin de susciter des réflexions transdisciplinaires fécondes. Une séance plénière publique viendra clore l’événement et dresser un bilan des enjeux féminins actuels.

Bienvenue à toutes et à tous!
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
770,0 Ko
Programme
907,9 Ko
Appel à communications
275,0 Ko
7-8 mai 2009
Grand Plaza Montréal Centre-ville
 
Justice et espaces publics en Occident de l’Antiquité à nos jours
Organisé par
Donald Fyson, Jean-Philippe Garneau et Thierry Nootens

http://colloquejustice2009.cieq.ca 

Organisé à Montréal par le CIEQ et le Centre d'histoire des régulations sociales (CHRS), ce colloque pluridisciplinaire a réfléchi aux multiples rapports que la justice a entretenu avec l'espace public depuis l'Antiquité. Le programme s'est construit autour de quatre axes : la justice, enjeu de l'opinion publique ; le rôle de la justice dans l'élaboration de l'opinion publique ; la " judiciarisation du politique " ; l'intervention grandissante de la justice étatique dans les conflits sociaux.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
Artefact
 
3-5 février 2009
Université Laval, Québec
 
9e Colloque du Département d'histoire de l'Université Laval (Artefact)
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval
Photo de l'individu ou de l'événement
Appel à communications
82,5 Ko
programme
1,7 Mo
Affiche
3,1 Mo
29 oct. - 1er nov. 2008
Pavillon La Laurentienne, Université Laval
 
Culture québécoise et valeurs universelles
Organisé par
L’association internationale des études québécoises et le Centre interuniversitaire d’études québécoises

http://colloqueaieq-cieq.cieq.ca/ 

À l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec, le colloque annuel de l’AIEQ, en collaboration avec le Centre interuniversitaire d’études québécoises, se tiendra dans la capitale sur le campus de l’Université Laval, la plus ancienne université francophone d’Amérique du Nord. À la lumière de la devise de notre Association « Universaliser la spécificité » et pour une telle célébration, nous reviendrons sur le chemin parcouru.
Nous réfléchirons sur les modalités de l’universalisation de la culture québécoise et sur la dynamique qui l’a progressivement fait porteuse de valeurs universelles. Nous convions donc les chercheurs travaillant sur le Québec ou inspirés par les recherches qui s’y mènent, à réfléchir sur les acquis et les perspectives que ce soit en littérature, en art ou en sciences humaines et sociales. Le colloque accueillera aussi bien les communications axées sur une réflexion épistémologique que sur des analyses de cas.
Par son histoire, la société québécoise se situe à un carrefour d’influences, tant américaines qu’européennes, qui trouvent écho dans les choix esthétiques et scientifiques qu’ont faits ses créateurs et ses chercheurs. La recherche est à la fois partie prenante des grands courants internationaux et à la source de chantiers reconnus mondialement pour leur originalité, leur ampleur et une intégration réussie de l’interdisciplinarité. En cela, les créateurs en littérature et en art, tout comme les représentants des sciences humaines et sociales, ont répondu à Ernest Gagnon qui, dansL’homme d’ici (1952), en appelait à une culture canadienne-française à saveur universelle, à une pensée des hommes et des femmes d’ici qui parleraient sans aliénation d’eux- mêmes et des Autres. Fernand Dumont suggérait en 1958 dans Cité libre que, pour « dépasser » le national et s’orienter vers l’international de façon non abstraite, ce passage devait s’inscrire dans des médiations par la culture.
Universalisé de facto comme terre d’immigrations et de migrations où dorénavant des cultures se déclinent au pluriel dans une société majoritairement francophone, le Québec travaille, depuis plusieurs années, sur des problématiques que découvrent certaines sociétés plus anciennes et longtemps plus homogènes. Ses questionnements et ses réponses à ces défis nouveaux se reflètent aussi bien dans les productions culturelles que dans la réflexion scientifique. Le colloque explorera les quêtes d’universalité de la culture québécoise depuis un demi-siècle et la spécificité de la pensée, de la recherche et des pratiques sociopolitiques en regard de ces processus d’ouverture et d’universalisation. On peut penser, à titre d’exemples, aux thématiques suivantes : la recherche ou la présence de valeurs universelles dans le roman, la poésie, l’essai, le religieux; l’interdisciplinarité et l’émergence de disciplines nouvelles; les grands projets scientifiques, la réflexion sur le pluralisme et les expériences migrantes, ainsi que les imaginaires entourant ces expériences.

Comité scientifique
Brigitte Caulier, codirectrice du CIEQ, Université Laval
Yvan Lamonde, Vice-président Affaires académiques et scientifiques de l'AIEQ, Département de langue et littérature françaises, Université McGill
Daniel Mercure, Département de sociologie, Université Laval
Yvan Rousseau, codirecteur du CIEQ, UQTR
Yannick Resch, présidente de l'AIEQ, Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence
Chantal Savoie, CRILCQ, Université Laval

Comité organisateur:
Brigitte Caulier, Présidente
Robert Laliberté , Directeur général de l'AIEQ
Caroline Desbiens, CIEQ, Université Laval
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
481,1 Ko
  
1er novembre 2008
Pavillon La Laurentienne, Université Laval
 
Michel Tremblay et le monde. Table ronde sur l’oeuvre de Michel Tremblay en présence de l’auteur
Organisé par
Michel Tremblay, Pierre Lavoie, Rachel Killick, Vijayalakshmi Rao et Carmen Mata Barreiro
Invité d’honneur : MICHEL TREMBLAY (écrivain, Canada)
Animateur : PIERRE LAVOIE, directeur général de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois

Panélistes :
Rachel Killick
(University of Leeds, Royaume-Uni)
Vijayalakshmi Rao
(Jawaharlal Nehru University, Indes)
Józef Kwaterko
(Université de Varsovie, Pologne)
Carmen Mata Barreiro
(Universidad Autónoma de Madrid, Espagne)

Entrée Libre

Crédits iconographiques :
Michel Tremblay, photo : Joshua Kessler.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
1,9 Mo
5,0 Mo
 
23-25 octobre 2008
Hôtel PUR et Hôtel du Parlement, Québec
 
Présences du passé
Organisé par
L’institut d’histoire de l’Amérique française, L’Université Laval, le CELAT et le Centre interuniversitaire d’études québécoises

http://www.congresihaf2008.ulaval.ca 

Le 61e congrès de l'Institut d'histoire de l'Amérique française, organisé à Québec pour marquer les 400 ans de la ville par l’institut d’histoire de l’Amérique française, l’Université Laval, le CELAT et le CIEQ, a lancé une réflexion large sur le passé comme matière travaillée au présent, de même que sur la place de l'histoire dans les sociétés actuelles. Sous le thème " Présences du passé ", il a abordé, en prenant l'Amérique française comme principal terrain d'études, une foule de sujets tels que les commémorations, les mythistoires collectives, les usages et mésusages de l'histoire, les récits du passé, l'instrumentalisation de l'histoire à des fins de réconciliation ou de dénonciation, etc.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
753,3 Ko
Affiche
612,4 Ko
 
26-27 septembre 2008
Université Laval
 
Religion & commémoration
Organisé par
Paul-André Dubois et Jocelyne Murray
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
1,2 Mo
  
15-18 mai 2008
Pavillon Laurentienne, Université Laval
 
34e Congrès annuel de la Société d’histoire coloniale française / French Colonial Historical Society
Organisé par
La Société d’histoire coloniale française / French Colonial Historical Society
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
  
5-8 février 2008
Université Laval, Québec
 
8e Colloque étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval

Artefact 

En partenariat avec le CIEQ, l'Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval (Artefact) a organisé ce colloque qui abordait les thèmes suivants : le concept d'histoire et les concepts en histoire ; la mort et la maladie ; l'occupation et la promotion du territoire ; les contacts, médiations et transferts interculturels ; la relecture et le croisement des médias en arts visuels ; les oeuvres d'art comme lieux de discours et de critiques.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
584,7 Ko
Affiche des signataires
365,7 Ko
Affiche des signataires (Vers. anglaise)
418,3 Ko
Programme
1,0 Mo
Cahier des résumés
1,1 Mo
 
19-22 juin 2007
Pavillon Desjardins, Université Laval
 
Mémoires et démographie : regards croisés au Sud et au Nord
Organisé par
Richard Marcoux
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
383,6 Ko
Programme
1,2 Mo
Invitation
4,1 Mo
8-11 mai 2007
Université du Québec à Trois-Rivières
 
Nos vérités sont-elles pertinentes
pour l’ensemble des hommes?
Organisé par
Serge Cantin
Ce colloque international et interdisciplinaire autour de l’œuvre de Fernand Dumont (1927-1997) réunissait près d’une quarantaine de chercheurs québécois et étrangers de diverses disciplines des sciences humaines et sociales. Les communications s’articulaient autour du thème dumontien de la pertinence du savoir, une thématique très large et susceptible de favoriser de riches échanges interdisciplinaires.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Programme
1,6 Mo
Affiche
624,5 Ko
 
7-9 mars 2007
Saint-Alexis-des-Monts
 
Temps, espace et modernités
Organisé par
Yvan Rousseau et Brigitte Caulier

Colloquecieq2007.cieq.ca 

En 1994, les travaux du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) ont été lancés lors d’une rencontre internationale organisée autour du thème «Espace et culture». Une dizaine d’années plus tard, plusieurs volumes de l’Atlas historique du Québec ont vu le jour, tandis que d’autres sont en préparation. Des chercheurs de diverses disciplines ont fait leur entrée au Centre, d’autres ont pris leur retraite.

Nous vous convions à une réédition de cet événement international dans la région de Trois-Rivières les 7, 8 et 9 mars 2007. Ce colloque sera l’occasion pour les chercheurs de se rencontrer, d’échanger sur leurs travaux et de faire connaissance avec les jeunes chercheurs du CIEQ. Les communications qui seront présentées s’articulent toutes autour du thème « Temps, espace et modernités », une thématique très large qui favorisera des échanges interdisciplinaires intenses et certainement fructueux.

Ce colloque a été l’occasion pour les chercheurs de se rencontrer, d’échanger sur leurs travaux et de faire connaissance avec les jeunes chercheurs du CIEQ. Les communications présentées s’articulaient autour du thème « Temps, espace et modernités », une thématique très large qui a favorisé des échanges interdisciplinaires intenses et fructueux.
Pour en savoir plus...
Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
  
6-8 février 2007
Université Laval, Québec
 
7e Colloque étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval

Artefact 

Photo de l'individu ou de l'événement
24 novembre 2006
Université du Québec à Trois-Rivières
 
L'État au Québec à travers le temps et dans l'espace. Perspectives d’analyse et expériences historiques
Organisé par
Yvan Rousseau et Donald Fyson
Photo de l'individu ou de l'événement
Dépliant
1,1 Mo
  
29-30 septembre 2006
Maison des missionnaires de Marianhill, Sherbrooke
 
Présence et action des laïcs
Organisé par
Christine Hudon, Louise Bienvenue et Guy Laperrière
Photo de l'individu ou de l'événement
Dépliant
1,2 Mo
  
21-22 avril 2006
 
20e Rencontre annuelle du CIEQ-UQTR et du Département d’histoire de l’Université d’Ottawa, Trois-Rivières
Organisé par
France Normand
Photo de l'individu ou de l'événement
11-14 avril 2006
Bibliothèque nationale du Québec, Montréal
 
Le manuel scolaire d'ici et d'ailleurs, d'hier à demain
Organisé par
Monique Lebrun, Paul Aubin et Michel Allard

http://www.unites.uqam.ca/grem/colloque/ 

Photo de l'individu ou de l'événement
Affiche
  
14-16 février 2006
Université Laval, Québec
 
6e Colloque étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval
Organisé par
L’Association des étudiants des 2e et 3e cycles du Département d'histoire de l'Université Laval

Artefact 

Image colonne de droite

Au centre d'un grand réseau de réflexion, de formation et de diffusion de la recherche.

Le CIEQ organise régulièrement des colloques et s’associe à ses partenaires pour des rencontres nationales et internationales.
Ces colloques portent sur des thématiques d'intérêt commun qui, rejoignent la problématique du Centre.

© Tous droits réservés, CIEQ, 2017